La diaspora haïtienne au Québec: une communauté qui fait ses preuves - New Canadian Media
Photo d'un bâtiment avec le nom la maison d'Haïti
Depuis 50 ans, la Maison d’Haïti offre des services d'accueil, d’intégration et d'installation à la communauté haïtienne. Crédit: Archives de la Maison d’Haïti.
//

La diaspora haïtienne au Québec: une communauté qui fait ses preuves

Entre 2015 et 2019, c'est 28% des personnes immigrantes admises au Québec venant d'Amérique qui déclaraient être nées à Haïti.

Depuis un demi-siècle, la Maison d ‘Haïti – organisation au cœur de la communauté haïtienne – s’occupe de l’accueil, l’intégration et l’installation des nouveaux·elles arrivant·e·s.

« Je dis toujours qu’une personne entre à la Maison d’Haïti comme demandeuse d’asile ou immigrante, et qu’elle en ressort comme citoyenne », déclare sa directrice d’origine haïtienne, Marjorie Villefranche. 

Cette année, l’organisation célébrera son 50ème anniversaire, une occasion de revenir sur l’histoire, les contributions et les défis de la communauté qu’elle dessert.

Une femme pose devant le caméra
« Je suis arrivée au Canada très jeune et sans mes parents. La Maison d’Haïti m’a permise de me réconcilier avec moi-même et mon identité », raconte Marjorie Villefranche. Crédit: Maison d’Haïti

Immigration continue depuis 60 ans

La diaspora haïtienne est vaste et regroupe autant les nouveaux·elles arrivant·e·s que les personnes nées au Québec, explique Mme Villefranche. En 2016, parmi les 143 000 résident·e·s qui se déclaraient d’origine haïtienne, 57 000 étaient de la deuxième génération et 9 000 de la troisième.

Selon Mme Villefranche, pour comprendre l’histoire de cette communauté, il faut remonter aux années 1960, lors de la première vague d’immigration, « l’exode des cerveaux ». À cette époque, médecins, avocats, et autres professionnels hautement diplômés fuyaient la dictature de Jean-Claude Duvalier. « Les gens arrivaient au Québec avec l’idée qu’ils retourneraient dans leur pays une fois la dictature finie », commente-t-elle.

Mais, lorsque Duvalier fils reprend le flambeau à la mort de son père, les espoirs d’un retour à la démocratie s’amenuisent. Une deuxième vague d’immigration se dessine alors. On la surnomme « l’exode des bras », explique Mme Villefranche, car elle concerne les travailleurs moins scolarisés et moins qualifiés qui occupent des emplois dans les secteurs manufacturier et de service. La troisième vague, dans les années 1980, est celle des Haïtien·ne·s qui viennent rejoindre leur famille installée au Québec.

Depuis, l’immigration haïtienne ne s’est jamais arrêtée. Elle connaît un pic en 2010, lors du séisme en Haïti. Aujourd’hui, les Haïtien·ne·s viennent au Québec surtout pour fuir l’insécurité dans leur pays qui connaît successivement des crises politiques, conclut Mme Villefranche.

Contributions conséquentes

La communauté haïtienne – majoritairement francophone – a construit le Québec moderne en participant activement à la Révolution Tranquille, raconte la directrice de la Maison d’Haïti. Elle ajoute que la diaspora a contribué à divers domaines de la société, tant au niveau culturel que politique, médical ou académique. « Qui n’a pas eu un·e professeur·e haïtien·ne ou un·e médecin haïtien·ne? Qui n’a pas croisé dans sa vie un·e Haïtien·ne qui ne leur a pas apporté quelque chose? », interroge Mme Villefranche.

Pour Samuel Pierre, professeur à Polytechnique Montréal, l’apport de la communauté est si important qu’il fallait en faire acte de mémoire. Son ouvrage intitulé Ces Québécois venus d’Haïti : contribution de la communauté haïtienne à l’édification du Québec moderne fait honneur à pas moins de 450 Haïtien·ne·s.

M. Pierre est d’ailleurs lui-même un exemple de contribution à la société québécoise. Arrivé à Montréal depuis Haïti en 1979, le professeur s’est impliqué cœur et âme dans le domaine de l’éducation. Il est aujourd’hui à la tête de nombreuses organisations dont la Fondation Canado-haïtienne pour la Promotion de l’Excellence en Éducation (1989), ou encore la Fondation Québec-Haïti pour une Scolarisation Universelle de Qualité (2008).

Ces multiples engagements lui ont valu toute une panoplie de prix. Le 22 juin dernier, il s’est vu nommer notamment « Officier de l’Ordre National du Québec », soit la plus haute distinction remise par le gouvernement québécois.

Un homme pose devant le caméra
Depuis 2013, Emmanuel Dubourg est la seule personne d’origine haïtienne à siéger à la Chambre des Communes. Crédit: gracieuseté de Claude Gilles

Politiciens d’exception

Élu député à l’Assemblée Nationale du Québec (2007) puis à la Chambre des Communes (2013), Emmanuel Dubourg a dévoué sa vie aux résident·e·s du Québec. « J’aime servir: c’est mon domaine, c’est mon dada », déclare-t-il. 

M. Dubourg s’est également beaucoup impliqué dans la diaspora haïtienne. Lors du séisme à Haïti en 2010, il a aidé à l’implémentation de diverses mesures telles que la mise en place d’un programme spécial permettant aux haitien·ne·s de parrainer leur famille sans avoir à prouver l’existence de fonds suffisants.

L’engagement du député canado-haïtien a également permis, en 2015, de régulariser près de 3 000 réfugié·e·s sans papiers d’origine haïtienne qui étaient menacé·e·s d’expulsion. Plus récemment, il a joué un rôle clef dans la régularisation de milliers de travailleur·euse·s de la santé haïtien·ne·s sans statut.

Quant à la sénatrice canado-haïtienne, Marie-Françoise Mégie, elle avait déjà fait ses preuves avant d’entrer en politique. Médecin de profession, elle a participé à la création de la première Maison de Soin Palliatif à Laval en 2009. Elle est aussi à l’origine de la généralisation des soins à domicile dans la province. Son expertise médicale a permis de faire avancer la recherche scientifique sur le soin des plaies chroniques et la maladie d’Alzheimer.

Nommée Sénatrice en 2016, elle s’implique dès lors dans de nombreux comités parlementaires où elle y apporte son expertise médico-sociale. Elle est récemment à l’origine d’un projet de loi pour instaurer un « jour national de la pandémie », tous les 11 mars. « Trop de gens en ont souffert pour qu’on puisse oublier », se confie-t-elle au New Canadian Media. Ce jour visera à rendre hommage « à tous ceux qui ont perdu leur proche, aux professionnels de la santé et aux travailleurs essentiels qui ont soutenu la population à bout de bras », détails-t-elle.

Le fléau du racisme 

Pour Mme Villefranche, le racisme systémique est le principal défi que doit aujourd’hui relever la communauté haïtienne. « À la Maison d’Haïti, on aide les jeunes qui sont nés et ont grandi au Québec, à identifier le racisme systémique. Ils ont tellement l’habitude de le supporter qu’ils ne le remarquent même plus », explique-t-elle.

Impliqué au sein du Caucus des Parlementaires Noirs, M. Dubourg souligne le manque de représentation en politique des personnes noires, dont haïtiennes. « Quand je suis arrivé à l’Assemblée Nationale ça faisait 25 ans qu’il n’y avait pas eu de député d’origine haïtienne », se remémore-t-il. Depuis 2013, le député est d’ailleurs la seule personne d’origine haïtienne à siéger à la Chambre des Communes.

Mme Mégie, également membre du Caucus ainsi que du Groupe sénatorial afro-canadien, fait le même constat. C’est d’ailleurs ce manque de représentativité qui l’a poussé à s’embarquer en politique. « Un collègue m’a dit un jour que nos jeunes n’ont pas de modèle de personnes noires qui seraient arrivées dans les hautes sphères. Cet argument m’a fait fondre et j’ai posé ma candidature », se rappelle-t-elle.

Selon M. Dubourg, un autre obstacle majeur rencontré par la communauté haïtienne, et les communautés noires en général, est celui de faire carrière dans le monde des affaires. Il raconte avoir travaillé de concert avec le Premier ministre Trudeau pour y remédier. « On a développé toute une infrastructure pour aider les communautés noires à partir en entreprise », livre-t-il. Parmi ces mesures, il cite notamment le Programme pour l’entrepreneuriat des communautés noires qui prévoit des investissements pouvant aller jusqu’à 265 millions de dollars pour soutenir les entrepreneur·e·s noir·e·s.

Please share our stories!

Après l’obtention d’un Baccalauréat en Science Politique, Daphné commence sa carrière en journalisme dans son pays natal, la Suisse. Elle décide ensuite d’immigrer à Vancouver – territoires non-cédés des Nations Musqueam, Squamish et Tsleil-Waututh. Avant de prêter sa plume au New Canadian Media, elle a écrit régulièrement pour le journal bilingue La/The Source. Soif d’apprendre, Daphné a été récemment sélectionnée pour une Maîtrise en Journalisme à l’Université de Colombie-Britannique qu’elle commencera en septembre 2022. Elle se passionne pour les enjeux de justice sociale, en particulier lorsqu’il s’agit des personnes réfugiées et des communautés autochtones et 2LGBTQ+.

Leave a Reply

Your email address will not be published.