Tisser des liens par la nourriture - New Canadian Media
Yaneth Arrival - cuisinière dans The Secret is in the Sauce!

Tisser des liens par la nourriture

Le nouveau livre de Monique Polak propose 21 recettes pour tisser des liens entre les cultures et les histoires des immigrants et des autochtones grâce au pouvoir de la nourriture.

L’écrivaine Monique Polak admet qu’elle cherche souvent des recettes sur Internet, mais l’attrait d’un livre de cuisine est inégalé. « Ma fille a fait cette recette de pâtes au fromage feta qui était virale sur TikTok, et c’était délicieux », dit-elle.  « J’aime le fait que l’Internet soit une si grande source pour ceux qui veulent cuisiner, mais pour moi, il s’agit des histoires. À cet égard, un livre de cuisine est unique ». The Secret is in the Sauce! le livre de recettes que Mme Polak a compilé en collaboration avec la photographe Monique Dyktra, est unique: il met en vedette des recettes des immigrants de première génération du Québec et des communautés des Premières Nations.

Le livre propose 19 recettes des canadiens âgés qui ont immigré au Canada de partout dans le monde et deux recettes de deux cuisinières des Premières Nations, une Mi’kmaq et une Haisla. L’ajout de recettes des Premières Nations aux côtés de leurs homologues internationaux est un ajout vraiment important, car la cuisine des Premières Nations est toujours très peu connue des Canadiens – un tort qui doit être corrigé de toute urgence.

Le format du livre est simple : chaque recette est introduite par des récits émouvants sur les cuisiniers et sur les plats qu’ils ont choisi de partager avec l’écrivaine. Bien que chaque récit soit le résultat d’un vécu très individuel, une thématique se dégage : pour presque tous les cuisiniers, ceux issus de l’immigration ou ceux des Premières Nations, la cuisine et la nourriture sont des outils de commémoration et de guérison. 

Norma Condo, chef cuisinière Mi’kmaq et propriétaire d’un restaurant à Pierrefonds, au Québec, est l’une des cuisinières présentées dans le livre avec sa recette Three Sisters Casserole, un ragoût au maïs, aux haricots et à la courge. Elle dit que la plupart des clients qui visitent son restaurant ne sont pas autochtones et sont avides d’en apprendre plus sur la nourriture autochtone et pourquoi elle est si importante pour les communautés des Premières Nations.

Book Author
Monique Polak, auteure du livre The Secret is in the Sauce! – My Cooking, Our Heritage. Photo de John Fredericks.

« Si vous regardez les ingrédients utilisés dans la cuisine des Premières Nations, c’est vraiment représentatif de ce qu’est la cuisine québécoise. Pourtant, les gens en savent si peu. Mais les choses changent », dit Polak. « Les gens sont curieux de connaître la culture autochtone et la relation des peuples avec leur terre et leur nourriture. Nous avons encore beaucoup à apprendre, et la nourriture est un moyen incroyable de le faire ».

Le riche paysage culinaire du Canada

Le livre comporte des recettes d’une grande variété: on y trouve des collations telles que la Pizzette Fritte italienne (un pain au levain frite), les Lumpias (rouleaux de printemps philippins) ou des plats tels que les pupusas salvadoriennes (des gâteaux de maïs farcis), le Tarka Dal indien (des lentilles crémeuses épicées) et le Zereshk Polo Ba Morgh iranien (riz à l’épine-vinette avec du poulet au safran). On y trouve aussi des recettes de desserts tels que les biscuits aux raisins de Corinthe gallois (frites pas cuits au four) et le Black Cake, un somptueux gâteau au fruits secs du Trinidad.

Les Pays-Bas, le Japon, l’Arménie, la Hongrie, la Tunisie et la Syrie sont quelques-uns des pays représentés dans les histoires et les recettes. Avec autant de cuisines différentes présentées les unes à côté des autres dans un seul volume, le livre témoigne du riche paysage culturel créé par les immigrants : ces cuisiniers sont nos amis, collègues et voisins, et ce sont les arômes et les saveurs provenant de leurs cuisines. Le livre fonctionne aussi en tant que « garde mémoire » pour les générations présentes et futures.

« À Pâques, quand je prépare des torrejas, un dessert salvadorien, je me souviens de toutes les réunions avec ma famille. Mes frères et sœurs, mes belles-sœurs, mes neveux, mes cousins, mes oncles et mes amis venaient tous chez mes parents et nous mangions des torrejas avec du café après le dîner. Je suis très fière de mes racines et des traditions de mon pays, et j’espère que les lecteurs apprécieront ma recette de pupusasdans le livre », déclare Yaneth Arevalo, qui a immigré du Salvador en 2016 et qui compte sur sa mère, Linda, pour lui donner des recettes pendant la pandémie.

« Je l’appelle et elle m’explique la préparation de chaque plat. En plus, elle m’envoie la liste des ingrédients et la quantité de chaque ingrédient dont j’aurai besoin pour la recette », explique Mme Arevalo.

En ce qui concerne les ingrédients, le fait de ne pas pouvoir trouver un condiment ou un légume particulier qui confère à un plat son goût particulier était une plainte courante parmi les communautés d’immigrants. Le livre comprend des anecdotes attachantes d’ingrédients « en contrebande » au Canada.

Eszter Andor, l’une des cuisinières présentées dans le livre, raconte avoir demandé à des parents et des amis qui allaient en Hongrie de lui rapporter des poivrons jaunes à une époque où il était illégal de les amener au Canada. « Quand les gens vont au Liban, je les supplie de m’apporter du sumac », raconte aussi Henri Nasr, dont la recette du fattoush prend du sumac – une épice utilisée abondamment dans la cuisine du Moyen-Orient.

Henri Nasr - cuisiner dans The Secret is in the Sauce!
Henri Nasr et son plat, le fattouche. Photo de Monique Dykstra.

Des recettes testées par NCM

L’équipe de NCM a essayé deux recettes du livre : le fattouche, recette du Liban, et le Plum Kuchen, de l’Allemagne.

Le fattouche est une salade avec de la laitue, des tomates, des concombres, des radis, du persil et de la menthe, le tout couvert d’oignons finement émincés, de l’huile d’olive et de sumac. Le sumac, une épice au goût citronné, était largement disponible dans le marché halal de la banlieue de Vancouver où nous avons essayé cette recette. Il était donc facile d’acheter et de préparer cette salade pour un repas rapide du dimanche.

Le Plum Kuchen, un gâteau rustique aux prunes, avait un goût délicat qui nous a surpris, surtout compte tenu de la simplicité des ingrédients de base : beurre, sucre, œufs, farine et de la poudre à pâte. Cette pâte est ensuite recouverte de prunes fraîches coupées en quartiers, d’une pincée de jus de citron et de sucre à la cannelle avant la cuisson. Le résultat est un gâteau délicieux et élégant qui nous rappelle que parfois les ingrédients les plus simples peuvent créer des saveurs vraiment magnifiques quand ils sont mis ensemble.

Le livre est illustrée de photos originales des plats par la photographe Monique Dykstra et de photos personnelles fournies par les participants. Belles et attirantes, les photos de Mme Dykstra sont une invitation pour le lecteur à revenir sans cesse au livre pour essayer de nouvelles recettes.

« Monique a préparé au moins 13 recettes chez elle parce qu’elle avait besoin de prendre de photos. À cause de la pandémie, elle ne pouvait pas se rendre chez les gens pour les photographier, et nous avons dû faire beaucoup d’entretiens par téléphone », explique Mme Polak. « C’était sympa de faire des allers-retours avec les recettes, de mesurer des choses; nous avons essayé et coordonné du mieux que nous pouvions ».

La lecture et l’essai des recettes de The Secret is in the Sauce! a été en quelque sorte, un acte d’éducation culturelle et de solidarité : ce sont des recettes qui, dans de nombreux cas, ont été transmises de génération en génération, et à ce titre, elles doivent être protégées et préservées. Ainsi, The Secret is in the Sauce! n’est pas seulement un livre de recettes, mais un dépositaire des traditions et de la mémoire des Canadiens.

The Secret is in the Sauce! – My Cooking, Our Heritage, est un nouveau livre de recettes par Metropolis bleu, un organisme de charité de Montréal qui a pour mission de réunir les gens de langues et de cultures diverses autour du plaisir de lire et d’écrire. Pour célébrer le lancement du livre, Metropolis bleu a lancé un concours le 14 juin. Cent exemplaires du livre de recettes seront distribués aux participants qui partageront une photo ou une histoire culinaire de leur famille sur les réseaux sociaux de Metropolis bleu, soit Facebook ou Instagram en utilisant le hashtag #mycookingourheritage. Les meilleures recettes recevront un exemplaire du livre.

Cet article a été publié initialement en anglais.

About the author

Andreina Romero is a freelance writer with New Canadian Media and a bilingual contributor at The Source Newspaper, also known in French as La Source, an intercultural newspaper in Vancouver. She is also the creator and host of Girls Talk About Music, a podcast exploring the music industry from a uniquely female lens. In 2020, Romero also co-founded Identity Pages, a youth writing mentorship program.

Baisakhi Roy is a writer and journalist based in Oakville. Her work has been published in several Canadian media outlets including The Globe and Mail, Huffington Post Canada, Chatelaine, Broadview and CBC. Her areas of interest and expertise lie in the intersections of immigrant life and culture in Canada. She is an avid Bollywood fan and co-hosts the Hindi language podcast KhabardaarPodcast.com.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Skip to toolbar