Poursuivre sa passion en cuisine d’un océan à l’autre - New Canadian Media
Emeline Maury-Photo
Emeline Maury veut partager sa passion culinaire avec les autres. Photo : Emeline Maury.
///

Poursuivre sa passion en cuisine d’un océan à l’autre

On retrouve les recettes de la jeune étudiante d'origine française sur son site La Cuisine De Meu.

Emeline Maury, étudiante française à la maîtrise en Gestion de projet de l’UQAC, a une passion pour la cuisine qui la suit d’un océan à l’autre. En s’adaptant et en explorant les aliments faits ici, la jeune femme continue sa mission de faciliter le quotidien des jeunes en leur proposant des recettes végétariennes, saines et faciles à exécuter qu’elle partage sur son blogue.

Emeline est au Canada pour au moins un an. Elle complète son double-diplôme, en ingénierie et en gestion de projet, puisque l’École européenne d’ingénieurs en génie des matériaux de Nancy, où elle est inscrite, a une entente avec l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Pour elle, c’était une belle occasion de voyager et de découvrir un nouveau pays.

En parallèle à ses études, Emeline a toujours eu une passion pour la cuisine. Elle aime cuisiner depuis qu’elle est toute jeune, mais à l’adolescence, sa relation avec la nourriture s’est compliquée. Le poids, le sport, les régimes ; Emeline a commencé à se questionner sur la nutrition et à chercher des ressources.

Au fil du temps et avec ses nouvelles connaissances, Emeline a appris à cuisiner plus sainement. Elle a aussi décidé de devenir végétalienne et ensuite végétarienne, ce qui faisait qu’elle voulait aussi montrer que des recettes sans protéines animales pouvaient être tout aussi savoureuses.

« Parfois, quand on met l’étiquette végé, les gens pensent que ça sera moins bon, que ça n’aura pas de goût. Moi, ça m’a boosté à faire mon blogue et à partager tout ce que j’avais appris et à montrer aux gens qu’on peut manger bien en se faisant plaisir et que des trucs végés peuvent être super bons », continue l’étudiante.

S’adapter au Québec

Pour continuer sa mission, l’étudiante doit s’adapter à sa nouvelle terre d’accueil. « J’ai beaucoup voyagé et j’aime bien, quand je vais dans un pays, découvrir la culture locale et comment on mange là-bas et essayer de m’adapter », explique celle qui a également fait un séjour en Espagne.

Les noms de produits changent parfois d’un pays à l’autre, tout comme les unités de mesure. Parfois, les produits sont complètement différents. Elle n’a pas aussi tout le matériel qu’elle a la maison, mais en même temps, ça tombe bien puisqu’elle ne veut pas que ses recettes soient trop compliquées. « J’ai plein d’amis qui sont étudiants et du coup, ils ne peuvent rien faire s’il faut plein de choses et que ça fait trop de vaisselle », continue-t-elle en riant.

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean transparaît maintenant dans les recettes de l’étudiante, qui s’inspire et découvre les saveurs locales ou des produits qu’elle n’a pas chez elle. Les bleuets et le sirop d’érable font maintenant partie intégrante de ses aliments utilisés. On retrouve maintenant des recettes dites plus françaises et d’autres d’inspiration québécoise, sur son site et elle est persuadée qu’elles seront toutes au goût de son public.

Ses coups de cœur découverts au Québec jusqu’à maintenant sont les pâtes à tartiner et les barres Nanaimo. D’ailleurs, avec les restaurants qui ont rouvert leurs portes, elle s’attend encore plus à découvrir de nouveaux produits dans les prochaines semaines.

Dans ses rêves les plus fous, Emeline aimerait un jour ouvrir un salon de thé. Jusque-là, elle veut continuer à investir du temps dans ses réseaux sociaux et son blogue, ce qui demande beaucoup plus de temps que certains peuvent le penser. Elle espère que de nouvelles personnes essaient ses recettes.

Elle veut aussi continuer ses études et travailler dans son domaine. Après ses études, en juillet, elle doit faire un stage de six mois qu’elle pense peut-être faire dans la province, ce à quoi elle va réfléchir.

On retrouve les recettes d’Emeline sur son site Web et sur la page Instagram La Cuisine De Meu.

Ses impressions sur la région

Le seul bémol pour Emeline est que les nombreuses mesures sanitaires rendent plus difficile pour elle la découverte de la région. Les cours en visioconférence rendaient également plus ardue la rencontre de nouvelles personnes, même si l’étudiante se console en se disant que son année à l’étranger a tout de même pu se faire, comparativement à d’autres qui n’ont pas eu cette chance.

Après quelques mois passés ici, Emeline décrit les Saguenéens comme des personnes bienveillantes et chaleureuses. Elle apprécie aussi beaucoup les paysages et aime essayer différentes activités extérieures malgré le froid.

Please share our stories!

About the author

Myriam Arsenault, Initiative de journalisme local, Le Quotidien

Leave a Reply

Your email address will not be published.