Loi 21 au Québec – Quels impacts 3 ans après? - New Canadian Media
Une jeune femme dans un parc portant le hijab
Lina El Bakir, représentante du Conseil National des Musulmans Canadiens (CNMC) au Québec, reçoit chaque semaine des témoignages de personnes affectées par la loi 21. Crédit: Lina El Bakir
//

Loi 21 au Québec – Quels impacts 3 ans après?

Afin d’échapper à la loi sur la laïcité, plusieurs se voient contraints de changer de carrière, de reprendre leurs études ou encore de fuir le Québec.

Entrée en vigueur en juin 2019, la loi sur la laïcité (ou loi 21) interdit à certaines personnes en position d’autorité au sein de la fonction publique de porter des signes religieux. Sont notamment concernés les enseignant·e·s des écoles publiques, les agent·e·s de la paix et les avocat·e·s.

« Nul ne devrait avoir à choisir entre ses convictions religieuses et ses opportunités d’emploi », estime Lina El Bakir, représentante du Conseil National des Musulmans Canadiens (CNMC) au Québec.

Selon elle, la loi 21 a une incidence considérable sur la vie des membres de minorités religieuses. Elle raconte recevoir chaque semaine d’innombrables témoignages de personnes affectées.

Stagnation professionnelle

Pendant plus de 15 ans, Jihen Berrached a enseigné l’anglais au sein du ministère de l’enseignement secondaire en Tunisie. En 2021, elle arrive au Québec, après l’obtention d’un certificat de sélection en tant que travailleuse qualifiée. Mais à sa grande déception, elle ne peut continuer à exercer sa passion parce qu’elle porte le hijab.

« C’est contradictoire aux principes canadiens qui décrivent le Canada comme un pays multinational qui respecte toutes les religions, apparences et convictions », exprime-t-elle avec frustration. Déterminée à continuer sa carrière en enseignement, Mme Berrached s’est vue contrainte de retourner aux études, en attendant que la loi soit éventuellement retirée.

Selon la représentante du CNMC, l’existence de la loi 21 pousse une certaine catégorie de la population à une stagnation professionnelle, créant un système à deux vitesses. « Les gens qui ne portent pas de signes religieux vont escalader les échelons beaucoup plus rapidement que leurs consoeurs qui sont tout autant compétent·e·s dans leur métier », explique-t-elle.

Elle ajoute que la nouvelle législature empêche toutes possibilités de développement pour les personnes en poste avant l’adoption de la loi car elles ne peuvent pas accéder à une promotion sans être soumises à l’obligation de renoncer au port d’un signe religieux.  « Tu es comme pris en otage par cette loi », commente-t-elle.

Fuir le Québec

Vice-présidente de la World Sikh Organization of Canada, Amrit Kaur porte le dastar en guise de dévouement à sa religion, le Sikhisme. En 2019, après avoir reçu son Baccalauréat en éducation, Mme Kaur s’est vu contrainte de quitter Québec afin de continuer à enseigner sans pour autant renier sa foi. « Avec un profond sentiment de trahison et de persécution religieuse, j’ai fui en Colombie-Britannique telle une réfugiée », écrit-elle dans le média Baaz.

Elle témoigne de l’impact financier d’avoir déménagé à l’autre bout du Canada, mais aussi de la difficulté d’avoir eu à tout quitter pour recommencer à zéro. « Québec, c’est ma maison. J’y ai vécu pendant 25 ans. J’ai toute ma famille et mes amis là-bas. Quand je suis arrivée en Colombie-Britannique je ne connaissais personne. C’était vraiment stressant », raconte-t-elle.

Mme Kaur dit aujourd’hui se sentir acceptée en Colombie-Britannique où les gens la voient d’abord et avant tout comme une professeure compétente avant de voir en elle une femme sikhe. « Ici, personne ne m’a dit que parce que je porte un turban, je vais essayer de convertir leurs enfants », déclare-t-elle.

Impact psychologique

*Yasmine, une étudiante musulmane immigrée d’Algérie, est passionnée d’enseignement. Aujourd’hui établie à Montréal, elle poursuit ses études afin de devenir un jour professeure. Mais vêtue d’un Hijab, l’arrivée de la loi 21 a fait de sa vie un enfer. 

« J’ai les larmes qui coulent en vous écrivant », se confie-t-elle au New Canadian Media. Elle explique faire face à de la discrimination au quotidien. Lors des travaux universitaires, par exemple, plusieurs étudiant·e·s refusent de travailler avec elle. « Je suis mal vue. Certain·e·s m’ont carrément dit : “mais qu’est-ce que tu fais là” », détaille-t-elle.

Yasmine raconte qu’à une foire de recrutement, un représentant du Centre de services scolaire de Montréal a refusé de répondre à ses questions parce qu’elle portait le voile. « J’étais vraiment blessée. Je n’avais même pas envie de retourner le lendemain pour mes cours », livre-t-elle. D’ailleurs, beaucoup d’étudiantes musulmanes, découragées, arrêtent leurs études en enseignement, dit-elle.

Si la loi 21 est toujours en vigueur à la fin de ses études, Yasmine dit vouloir changer de carrière, malgré sa passion, ou déménager en dehors de Québec.

Société québécoise divisée

Une jeune femme portant le hijab regarde le caméra
Bien qu’Jihen Berrached a enseigné pendant plus de 15 ans en Tunisie, elle s’est vu contrainte de retourner aux études, faute de pouvoir enseigner avec le hijab au Québec. Crédit: Jihen Berrached

Selon Mme El Bakir, les impacts de la loi 21 se répercutent bien au-delà des personnes initialement ciblées. Elle témoigne du choc qu’elle a elle-même ressenti à la votation de cette loi, même si elle n’est pas directement concernée. « Mon cœur est tombé dans mon estomac. Pour la première fois de ma vie, je me faisais dire que je n’avais pas ma place au Québec », confie Mme El Bakir qui est de confession musulmane. Elle ajoute que cette loi envoie un message d’intolérance envers les minorités religieuses de la société québécoise.

Pour Laura Berger, avocate de l’Association Canadienne des Libertés Civiles (ACLC), la loi 21 à l’effet d’une épée de damoclès au-dessus de sa tête. Bien que pour le moment elle ne soit pas employée dans le secteur public, elle appréhende de devoir décider à l’avenir entre ses opportunités professionelles et sa capacité à indiquer son identité de femme juive. Elle explique que les symboles juifs, comme l’étoile de David, sont synonymes de fierté et d’appartenance à une collectivité. « C’est un lien à sa famille, à ses ancêtres » précise-t-elle.

Mme Berger ajoute que la nouvelle législature affecte également les futures générations qui risquent de ne plus se reconnaître dans la représentation religieuse au niveau des fonctions publiques. « Il est important que les jeunes puissent voir des gens qui partagent leur religion, leurs valeurs et leurs expériences dans des positions d’autorités », souligne-t-elle.

Elle estime que la loi 21 est une perte non seulement pour les personnes concernées par la loi, mais aussi pour la province tout entière qui se prive de nombreuses personnes professionnelles et compétentes. Mme El Bakir ajoute qu’il est déplorable, en plein pénurie de main-d’œuvre dans l’enseignement, de devoir refuser des professeur·e·s formé·e·s au Québec.

Selon Mme El Bakir, en favorisant la majorité au détriment des minorités religieuses, cette loi divise profondément la société québécoise et engendre de l’injustice. « Pour l’épanouissement de cette province et le bien de tous et toutes, on souhaite que la loi 21 soit retirée », conclut la représentante du CNMC. En décembre 2021, l’organisation avait d’ailleurs déposé, de concert avec l’ACLC, un litige contre la loi 21 devant la Cour d’appel du Québec. 

Les deux organisations ne seraient pas les seules à contester la loi qui perdrait en soutien, selon un sondage mené par Léger pour l’Association d’études canadiennes. Si en septembre 2021, 64% des répondants étaient pour l’interdiction des ports religieux, en janvier ils n’étaient que de 55%.

*Nom d’emprunt


Note de la rédaction : Nous croyons que les citations et les exemples avec des noms réels ont plus de poids, donnent de la crédibilité au reportage et augmentent la confiance du public dans New Canadian Media. Cela dit, il arrive que les journalistes aient besoin de sources confidentielles pour servir l’intérêt public.

Please share our stories!

Après l’obtention d’un Baccalauréat en Science Politique, Daphné commence sa carrière en journalisme dans son pays natal, la Suisse. Elle décide ensuite d’immigrer à Vancouver – territoires non-cédés des Nations Musqueam, Squamish et Tsleil-Waututh. Avant de prêter sa plume au New Canadian Media, elle a écrit régulièrement pour le journal bilingue La/The Source. Soif d’apprendre, Daphné a été récemment sélectionnée pour une Maîtrise en Journalisme à l’Université de Colombie-Britannique qu’elle commencera en septembre 2022. Elle se passionne pour les enjeux de justice sociale, en particulier lorsqu’il s’agit des personnes réfugiées et des communautés autochtones et 2LGBTQ+.

Leave a Reply

Your email address will not be published.