Les latino-américain·e·s ne constituent qu’un pourcent des réfugiés réinstallés au Canada - New Canadian Media
Un homme regarde à travers une clôture grillagée
Tout comme Carlos*, ce réfugié nicaraguayen a fuit la persécution de son pays pour venir se réfugier au Costa Rica. Crédit : «“This help saved my life” » by EU Civil Protection and Humanitarian Aid is marked with CC BY-NC-ND 2.0.
/

Les latino-américain·e·s ne constituent qu’un pourcent des réfugiés réinstallés au Canada

Selon des spécialistes en immigration, le Canada devrait jouer un rôle plus important dans la crise migratoire d’Amérique latine en ouvrant davantage les voies économiques aux populations vulnérables de la région.

Répression politique, narcotrafic, guérilla, extorsion… Les raisons qui poussent les personnes d’Amérique latine à venir se réfugier au Canada sont multiples, explique Ana Henriquez, fondatrice du cabinet « Henriquez Avocats ».

Depuis 2014, la situation explosive au Vénézuela a forcé près de 5,9 millions de personnes à quitter leur pays. Pourtant, selon les données statistiques de l’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC), entre 2015 et 2022, les personnes originaires d’Amérique Latine ont constitué moins d’un pourcent du nombre total de réfugié·e·s réinstallé·e·s au Canada.

Des réfugié·e·s considéré·e·s « moins vulnérables »

Toute personne qui demande l’asile au Canada depuis l’étranger doit d’abord se voir octroyer le statut de réfugié·e par l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (connue sous son acronyme anglais UNHCR). Pour ce faire, l’organisation suit des critères très précis, définis par la Convention de Genève de 1951. Or, selon l’avocate Tatiana Gomez, les raisons qui poussent fréquement les latino-américain·e·s à fuir leur pays – le crime organisé ou la violence généralisé par exemple – ne correspondent pas à ces critières.

De plus, selon la porte-parole de l’IRCC, Isabelle Dubois, le choix des réfugié·e·s à réinstaller au Canada est soumis au bon vouloir des sponsors privés qui constituent la majorité des parrainages. Dana Wagner, ancienne chercheuse à l’Université de Ryerson, explique que les Canadien·ne·s « s’impliquent lorsqu’il y a une sorte de réponse nationale à une crise particulière comme celle en Syrie ». Or, les crises socio-économiques et politiques en Amérique latine seraient beaucoup moins sur les « radars des Canadien·ne·s ».

Mme Dubois ajoute qu’en ce qui concerne le Programme des Réfugiés Parrainés par le Gouvernement (RPG), le Canada est tributaire des recommandations de l’UNHCR. Cette explication semble toutefois insuffisante. En effet, selon une étude de l’Université de Ryerson, dans le cadre du Protection Transfer Agreement (PTA), l’UNHCR aurait recommandé plus de 3 100 refugié·e·s du Salvador, Honduras et Guatemala. Le Canada en aurait accepté seulement 11 en 2017, puis aucun en 2018 et en 2019. Finalement, en 2020, le Canada aurait arrêté son engagement avec le PTA.

Renvoyé·e·s aux États-Unis

Il est également possible de demander l’asile une fois atterri au Canada. Mais pour entrer au Canada, la plupart des personnes d’Amérique latine doivent obtenir un visa de résident temporaire (VRT). Et à en croire Me Henriquez, la procédure est extrêmement compliquée et peu fructueuse. Par conséquent, il est fréquent que les requérant·e·s d’asile choisissent plutôt la voie terrestre et entament un long périple à travers les États-Unis. Leur surprise est grande lorsqu’enfin arrivés à la frontière du Canada, on les renvoie aux États Unis. 

En 2002, un accord appelé « Entente sur les pays sûrs » a été signé entre les deux pays. En vertu de celui-ci, les requérant·e·s d’asile doivent faire leur demande dans le premier pays « sûr » qu’ils·elles atteignent, soit les États-Unis. Me Henriquez confie que le Canada offre pourtant un avenir bien plus serein. « Mes client·e·s me racontent qu’aux États-Unis il y a énormément de discriminations envers les latinos », spécifie l’avocate.

Certain·e·s demandeur·euse·s d’asile tentent alors leur chance en empruntant la voie dite « irrégulière », c’est-à-dire l’entrée au Canada en dehors d’un point d’entrée officiel. À leur entrée, ils·elles seront arrêté·e·s et mis·es en détention temporairement mais pourront faire leur demande d’asile.

L’entente favorise ainsi de facto les entrées irrégulières au Canada. Selon les statistiques de la Commission de l’Immigration et du Statut de Réfugié du Canada (CISR), la Colombie et Haïti figurent parmi les principaux pays demandeurs d’asile par la voie irrégulière. Une conséquence problématique puisque les entrées irrégulières sont souvent dangereuses. Depuis plusieurs années, l’accord fait ainsi l’objet de critiques. Me Henriquez rappelle qu’en 2021, la Cour fédéral avait jugé l’entente inconstitutionnelle avant que la Cour d’appel fédéral fasse annuler cette décision.

De persécuté politique à sans papier

En avril 2018, des milliers de Nicaraguayen·ne·s descendent dans la rue pour protester contre le dictateur Daniel Ortega. La protestation sera réprimée dans la terreur et le sang, faisant plus de 2 000 blessés, 328 morts et des centaines de détentions arbitraires. Carlos*, ancien membre d’un groupe militaire gouvernemental, témoigne: « Des ordres ont été donnés pour enlever les étudiants qui ont commencé la protestation. Ils nous ont donné une liste de noms, leurs adresses et des armes. Beaucoup d’armes ».

Se refusant de participer à une telle  « barbarie », Carlos décide de ne pas se présenter le lendemain. Mais il sait que sa vie est dès lors mise en danger. « Ils m’ont accusé d’être un traître pour avoir soutenu l’opposition. Ma famille a été harcelée à la maison avec des menaces de mort », s’attriste-t-il.

Un homme offre des services à un réfugié dans un bureau
Depuis le renforcement de la dictature de Daniel Ortega en 2018, l’UNHCR croule sous les demandes d’asile des Nicaraguayen·ne·s au Costa Rica. Crédit : «“This help saved my life” » by EU Civil Protection and Humanitarian Aid is marked with CC BY-NC-ND 2.0.

Aujourd’hui réfugié au Costa Rica, sa peine est pourtant loin d’être finie. Il explique en effet y être sans statut légal. Depuis quatre ans, il attend que l’UNHCR lui donne rendez-vous pour entamer le processus d’une demande d’asile. Selon l’UNHCR, l’organisation croule sous les demandes d’asile des Nicaraguayen·ne·s qui ont doublé en moins d’un an.

Carlos ne peut pourtant pas attendre. « [Des agents du gouvernement] sont venus chez moi pour menacer ma mère en disant qu’ils savaient déjà où j’habitais au Costa Rica. Je suis contraint de changer de maison tous les six mois », alerte-t-il. Il ajoute souffrir énormément de xénophobie au Costa Rica. Trois demandeurs d’asile nicaraguayens, ont d’ailleurs été récemment assassinés dans des circonstances encore irrésolues, dit-il.

Carlos rêve du Canada, plus précisément du Québec, où il souhaite vivre avec sa famille. Il raconte apprendre le français et prévoit de se former dans la soudure, un métier très demandé au Canada. Son objectif est d’entrer au pays grâce à un VRT pour ensuite demander l’asile. Il explique toutefois être bloqué par le coût de la procédure. Sans papier, il lui est difficile de trouver un travail et vit donc dans la précarité. Il s’inquiète également de ce qu’il adviendrait si sa demande d’asile n’aboutissait pas. En effet, sans statut légal au Costa Rica, le Canada le renverrait au Nicaragua où il serait « immédiatement détenu et torturé ».

Ouvrir les voies économiques aux réfugié·e·s

Dans une note d’orientation, Mme Wagner et son collègue Craig Damian Smith, appellent le Canada à mieux inclure les réfugié·e·s d’Amérique latine dans les programmes d’immigration économiques. Selon eux, les compétences détenues par les populations d’Amérique Latine permettraient de combler les lacunes du marché du travail canadien, notamment en agriculture et en soins de santé.

Mme Wagner souligne que le Projet pilote sur la Voie d’Accès à la Mobilité Économique (PVAME) est encore trop limité. Bien que ce projet permette d’assouplir certaines exigences (ex: la possession d’un passeport valide) pour mieux s’adapter à la réalité des refugié·e·s, son champ d’application concerne uniquement les résidences permanentes. Il délaisse plusieurs voies d’immigration, notamment les permis de travail qui continuent d’être soumis à des critères rigides que les réfugié·e·s ou déplacé·e·s ne peuvent remplir (ex: prouver que l’on retournera dans son pays à la fin du contrat).

Étendre le PVAME aux permis de travail permettrait à ces travailleur·se·s qualifié·e·s en situation de vulnérabilité d’immigrer beaucoup plus rapidement, explique-t-elle. De plus, cela leur offrirait bien davantage d’opportunités pour immigrer, les permis de travail étant la voie de prédilection des entreprises canadiennes pour recruter à l’étranger. 

Selon Mme Wagner, il est temps que le Canada joue un rôle de premier plan dans la crise migratoire d’Amérique latine. « C’est merveilleux que le Canada ait pu répondre à des crises comme en Syrie et en Ukraine, mais la crise migratoire en Amérique latine est sur notre propre continent. Elle surcharge nos voisins les États-Unis et le Mexique et bien d’autres », déclare-t-elle. Dans une étude, le Dr. Smith rappelle également la responsabilité du Canada dans cette crise migratoire. Plusieurs déplacements forcés en Amérique latine sont en effet le corollaire direct des activités d’entreprises minières canadiennes dans la région.

*Pseudonyme


Note de la rédaction : Nous croyons que les citations et les exemples avec des noms réels ont plus de poids, donnent de la crédibilité au reportage et augmentent la confiance du public dans New Canadian Media. Cela dit, il arrive que les journalistes aient besoin de sources confidentielles pour servir l’intérêt public.

Please share our stories!

About the author

Après l’obtention d’un Baccalauréat en Science Politique, Daphné commence sa carrière en journalisme dans son pays natal, la Suisse. Elle décide ensuite d’immigrer à Vancouver – territoires non-cédés des Nations Musqueam, Squamish et Tsleil-Waututh. Avant de prêter sa plume au New Canadian Media, elle a écrit régulièrement pour le journal bilingue La/The Source. Soif d’apprendre, Daphné a été récemment sélectionnée pour une Maîtrise en Journalisme à l’Université de Colombie-Britannique qu’elle commencera en septembre 2022. Elle se passionne pour les enjeux de justice sociale, en particulier lorsqu’il s’agit des personnes réfugiées et des communautés autochtones et 2LGBTQ+.

Leave a Reply

Your email address will not be published.