La francophonie en milieu minoritaire : le cas particulier du Yukon - New Canadian Media
Yann Herry-Président-Société d'histoire francophone du Yukon
Yann Herry, président de la Société d'histoire francophone du Yukon et ancien président de l’Association Franco-Yukonnaise, de retour en 2021 aux mines de galène (argent, plomb et zinc) du district de Keno au centre du Yukon. Il y a travaillé en 1979 à l'époque de boom économique au Yukon avec l'exploitation des minéraux autres que l’or. Photo : Catherine Prost
////

La francophonie en milieu minoritaire : le cas particulier du Yukon

Après le Québec et le Nouveau-Brunswick, le Yukon est la troisième province où le français est le plus parlé au Canada. Quatre acteurs clés de la francophonie yukonnaise mettent en lumière les origines de la communauté, ses réussites et ses combats en tant que minorité linguistique.

Dynamique, engagée et en pleine croissance – voilà quelques mots qui résument la francophonie du Yukon, selon Isabelle Salesse, directrice générale de l’Association Franco-Yukonnaise (AFY). Bien qu’en minorité linguiste, la communauté francophone du Yukon est plus que jamais présente. Selon un recensement de Statistiques Canada, le Yukon est la troisième province la plus bilingue avec 14 pourcents de la population parlant le français et l’anglais.

Entre 2001 et 2016, la population dont la langue maternelle est le français est passé de 3,33 pourcents à 4,8 pourcents. Et à en croire Mme Salesse, les prochaines statistiques continueront à montrer une augmentation. « Si vous venez au Yukon, vous serez impressionnée par le nombre de gens qui parle français, dans la rue, à l’épicerie… Tous les jours, je découvre de nouveaux francophones », s’enthousiasme-t-elle.

De la ruée vers l’or aux revendications  

Selon Yann Herry, président de la Société d’histoire francophone du Yukon et ancien président de l’AFY, les premiers francophones arrivent dans la province en 1838, attirés par le commerce de fourrures. Dès 1896, la ruée vers l’or du Klondike séduit davantage et des francophones de partout décident de tenter leur chance au Yukon.

L’historien estime qu’à cette époque, plus de 4’000 Canadiens parlaient le français, soit la moitié de la population canadienne établis dans la province. Durant cet âge d’or de la francophonie yukonnaise, une fonction publique est créée en français. « Quand les mineurs descendaient à Dawson, ils pouvaient facilement avoir des services en français puisque le commissaire à l’or et plusieurs juges de la cour étaient francophones », explique M. Herry. Les services de santé, l’éducation et même les cercles culturels étaient disponibles dans la langue de Molière.

Yukon-Archives du Yukon
Philéas et Zénaïde Gagnon au centre, devant la mine où ils travaillaient sur les champs aurifères du Klondike. Crédit: Archives du Yukon, collection R.R Fortier.

Pourtant, dès 1911, la population francophone décline significativement. Des changements politiques et économiques majeurs, dont le remplacement du travail manuel des mineurs par celui de dragues mécanisées, poussent les francophones à quitter le territoire. Le peu restant est rapidement assimilé à la majorité anglophone.

Vers les années 1970, la francophonie du Yukon connaît un renouveau. Dans le contexte national d’une recherche identitaire francophone et suite à la publication de la Loi sur les Langues Officielles, les francophones du Yukon commencent à revendiquer des services publics et des institutions en français. En 1982, une poignée de volontaires endurcis décide de fonder l’AFY, ouvrant ainsi la voix au vivre en français dans le Yukon.

Une éducation francophone en pleine croissance

Contrairement à plusieurs provinces à majorité anglophone, l’éducation en français langue première se porte relativement bien au Yukon, à en croire Jean-Sébastien Blais, président de la Commission Scolaire Francophone du Yukon (CSFY). Il affirme que l’article 23 de la Constitution Canadienne, qui garantit le droit à l’instruction dans la langue de la minorité, est respecté dans la province.

Mais pour en arriver là, la CSFY a dû se battre. En 2009, l’organisation a entamé un recours judiciaire contre le ministère de l’Éducation du Yukon afin d’obtenir la pleine gestion scolaire. Grâce à l’entente signée en 2020 avec le gouvernement provincial, la CSFY s’est vue garantie l’autorité sur les admissions ainsi qu’une formule de financement. « On est chanceux au Yukon. On a un financement qui est excellent et qui permet d’avoir une éducation et des actions parascolaires en mesure de soutenir nos élèves dans leur développement », estime le président de la CSFY.

L’entente a surtout permis de régler un problème de taille: le manque d’infrastructure. Avant 2020, les élèves du secondaire étaient contraints de partager les locaux avec ceux du primaire, ce qui poussaient plusieurs parents à désinscrire leurs enfants. Aujourd’hui, la CFSY a pu ouvrir une école secondaire, le CSSS Mercier. En deux ans, le nombre d’élèves est passé de 86 à 122. « L’école Mercier a une capacité de 150 élèves donc on se demande déjà si on ne va revivre la même situation qu’avant 2020 », s’interroge le président qui envisage l’ouverture d’une nouvelle école.

Qu’en a l’immersion française, elle connaît également une belle croissance. Selon Statistiques Canada, depuis 2001 le nombre d’inscrit en immersion a fait un bond de 248 pourcents. « Il y a un gros engouement pour l’immersion française. Ici, le français est un fait très accepté et les gens sont intéressés à apprendre la langue », déclare Isabelle Salesse. 

Photo-Association-des-Franco-Yukonnais
Cabane à sucre 1983, événement culturel à l’aube du dynamisme de la francophonie yukonnaise. Crédit: photo fournie, collection Yann Herry.

Des défis encore à relever

Malgré tout, la communauté francophone du Yukon est loin d’avoir fini son combat. La directrice de l’AFY estime qu’il y a encore beaucoup de progrès à faire notamment au niveau du système de justice et des services aux Ainés qui doivent être davantage développés en français.

Par ailleurs, la communauté doit faire face à un manque criant de main d’œuvre francophone qualifié. C’est notamment le cas pour l’association Les Essentielles qui s’occupe de représenter les intérêts des femmes au Yukon. « On n’a pas les ressources humaines à la hauteur des besoins et des projets qu’on pourrait réaliser », s’attriste sa directrice Laurence Rivard. « Il y a certaines opportunités qu’on doit laisser passer parce qu’on serait incapable de livrer les services ». 

Une situation qui est loin de s’améliorer avec la pandémie puisque la majorité du personnel est composée de jeunes pvtistes issues de l’immigration européenne, précise-t-elle. Le terme pvtiste désigne des personnes qui immigrent au Canada avec un visa PVT (permis vacances travail).

De plus, recruter du personnel qualifié coûte de plus en plus cher. Les salaires doivent pouvoir compenser le coût de la vie au Yukon, alors même que les prix immobiliers ne font qu’augmenter. Ce manque de main-d’œuvre, elle l’explique également par le faible développement des études secondaires au Yukon. En effet, ce n’est qu’en 2020 que la toute première université a ouvert ses portes dans la province. Cette situation force les diplômés francophones à quitter le territoire pour continuer leurs études en français. 

Selon Isabelle Salesse, le recrutement de francophones se fait aussi difficile au niveau de la santé, de l’immersion française et de la petite enfance. En 2008, la Garderie du Petit Cheval Blanc et l’AFY sont même allés jusqu’à se déplacer en Belgique et en France pour y recruter du personnel qualifié lors du forum mobilité Destination Canada. Cet évènement organisé annuellement par le gouvernement fédéral vise à mettre en relation des employeurs canadiennes avec des candidats francophones qualifiés. 

Également conscient de cette pénurie de main d’œuvre, le gouvernement du Yukon, en partenariat avec l’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) a mis en place le Programme Territorial de Candidature à l’Immigration (PTCI). Depuis son lancement en 2007, le programme a permis à près de 400 employeurs de répondre à leurs besoins en recrutement. Parmi les candidats retenus par le PTCI, la grande majorité provenait de France.

Malgré l’adversité, la francophonie du Yukon étonne de par le chemin qu’elle a parcouru en seulement 40 ans. Et selon Laurence Rivard, les progrès accomplis pourraient servir de levier aux communautés autochtones du Yukon qui elles aussi veulent faire entendre leurs droits et leurs revendications, notamment en ce qui concerne la gestion scolaire.

Please share our stories!

About the author

Après l’obtention d’un Baccalauréat en Science Politique, Daphné commence sa carrière en journalisme dans son pays natal, la Suisse. Elle décide ensuite d’immigrer à Vancouver – territoires non-cédés des Nations Musqueam, Squamish et Tsleil-Waututh. Avant de prêter sa plume au New Canadian Media, elle a écrit régulièrement pour le journal bilingue La/The Source. Soif d’apprendre, Daphné a été récemment sélectionnée pour une Maîtrise en Journalisme à l’Université de Colombie-Britannique qu’elle commencera en septembre 2022. Elle se passionne pour les enjeux de justice sociale, en particulier lorsqu’il s’agit des personnes réfugiées et des communautés autochtones et 2LGBTQ+.

Leave a Reply

Your email address will not be published.