La communauté libanaise de Montréal : plus d’un siècle d'histoire - New Canadian Media
le cèdre libanais

La communauté libanaise de Montréal : plus d’un siècle d’histoire

Alors que le Liban fait face à une crise économique, financière et politique majeure, la diaspora est plus mobilisée que jamais. Portrait de la communauté libanaise du Grand Montréal et des liens de solidarité qui la traversent.

Depuis quelque temps, le Liban ne laisse pas sa place à la une des journaux. À la vague de manifestations antigouvernementales de l’automne 2019 a succédé une crise économique et financière majeure, qui laisse désormais plus de la moitié de la population sous le seuil de pauvreté, d’après la Commission économique et sociale des Nations unies pour l’Asie occidentale (CESAO).

La pandémie de Covid-19 n’a pas non plus épargné le pays, où les médicaments se font aussi rares que les places en hôpitaux. Une double explosion au port de Beyrouth a ravagé la capitale, le 4 août 2020, faisant plus de 200 morts et 6 500 blessés.

En pleine implosion, le pays du Cèdre peut tout de même compter sur le soutien de sa diaspora, estimée à 14 millions de personnes, quatre fois plus que ceux résidants au Liban. Au Canada, près de la moitié de la communauté libanaise se trouve dans la grande région de Montréal.

Du cèdre à l’érable

La présence libanaise à Montréal remonte au 19e siècle. Il y a 130 ans, les premiers immigrants libanais sont venus s’installer au Québec pour fuir les conflits interconfessionnels qui font rage au Mont-Liban, encore sous contrôle de l’Empire ottoman. Une deuxième vague d’arrivées survient après la Seconde Guerre mondiale, pour des raisons aussi bien familiales que politiques. Entre 1946 et 1973, 12 445 nationaux libanais s’installent au Canada.

Le début de la Guerre civile du Liban (1975-1990) marque le début d’un exode massif des Libanais à l’étranger. Dès 1976, le gouvernement canadien adopte des mesures spéciales pour faciliter la venue de réfugiés, ce qui change le visage de la communauté libanaise de Montréal. Alors que la diaspora libanaise au Québec était d’abord à majorité chrétienne, les 17 autres communautés religieuses reconnues officiellement au Liban sont de plus en plus représentées dans l’immigration.

Au lendemain de la Guerre civile, en 1991, le Québec accueille 26 000 Libanais. Même si le pays panse encore ses blessures et que les tensions communautaires sont palpables malgré l’arrêt des hostilités, toute la diversité de la société libanaise semble représentée au sein de sa diaspora. Les lieux de culte et associations religieuses jouent d’ailleurs un rôle important dans l’organisation diasporique, de la cathédrale maronite Saint-Maron à la Canadian Druze Society.

Les associations laïques se sont multipliées dans la dernière décennie, et particulièrement après le déclenchement du plus récent mouvement de contestation, le 17 octobre 2019 : les partisans de la thawra (« révolution » en arabe) réclament notamment une déconfessionnalisation du système politique libanais, au sein duquel les postes de pouvoir sont divisés entre chrétiens et musulmans.

La branche montréalaise de Meghterbin Mejtemiin (« Diaspora unie »), un réseau international de support aux revendications la thawra, organise régulièrement des rassemblements pacifiques devant le consulat libanais.

Drapeau libanais à la place Riad el-Solh, Beyrouth
Le drapeau libanais flotte au sommet d’un monument révolutionnaire lors des manifestations sur la place Riad el-Solh à Beyrouth en mai 2020. Photo : Christelle Hayek

L’intégration au service de la nation

C’est « le lien francophone » qui explique, selon le politologue Sami Aoun, l’importance de la communauté libanaise de Montréal. Le Liban a été sous mandat français dès sa création, en 1920, à l’indépendance de 1943. L’influence de la France y est encore très perceptible sur le plan culturel et politique, comme en témoigne l’intervention du président Emmanuel Macron suite aux évènements du 4 août dernier.

Ni le Québec ni le Canada ne jouent un rôle important au Moyen-Orient ou en région méditerranéenne. « Leur force est dans l’attraction de l’immigration », soutient le professeur à l’Université de Sherbrooke, lui-même originaire du Liban. À l’en croire, ce serait une hospitalité bien récompensée puisque « la communauté libanaise s’engage bien dans la prospérité du Québec, qu’elle soit au niveau économique, sociale ou culturelle ».

Des Libano-canadiens comme le dramaturge Wajdi Mouawad ou feu René Angélil contribuent au rayonnement de la Belle Province à l’international, tout comme les entreprises Dollarama ou Meubles Léon.

Bien connus pour leur sens des affaires, les Libanais qui ont réussi à l’étranger en font bien profiter leur pays d’origine. En 2019, les transferts d’argent de la diaspora à destination du Liban atteignaient 7,5 milliards de dollars américains, d’après la Banque mondiale, soit environ 13% du produit intérieur brut (PIB) du pays.

Une aide importante

Avec la crise économique et financière actuelle, cette aide est plus importante que jamais. À court de liquidités, les banques libanaises restreignent les retraits et bloquent l’accès aux économies en dollars des familles, dont le taux de change avec la devise locale était fixe jusqu’à récemment. Un dollar vaut aujourd’hui jusqu’à 13 000 livres libanaises (LL) sur le marché noir, contre 1 500LL il y a à peine un an et demi.

« Celui qui a un dollar, il est capable de survivre à l’inflation et subvenir à ses besoins », affirme M. Aoun, rappelant que bon nombre de ses compatriotes payés en livres ont basculé sous le seuil de la pauvreté. Les fresh dollars, ou « nouveaux dollars » en jargon libanais, peuvent être acheminés par des membres de la diaspora à leur famille et amis restés au pays.

Suite à la double-explosion de Beyrouth, l’été dernier, Ottawa a octroyé une aide humanitaire de 30 millions de dollars à des associations et ONG actives sur le terrain. La décision de ne pas envoyer la cagnotte directement aux autorités est partagée par les membres de la diaspora qui « ne veulent pas faire passer leur aide via l’État libanais parce qu’il y a beaucoup de corruption, renchérit M. Aoun. Ils acheminent leur argent aux gens qu’ils connaissent : à leur village, à leur famille, à leur clan… »

Plus d’un siècle après son arrivée, la communauté libanaise de Montréal doit-elle se réinventer et faire jouer son intégration au service de sa nation? peut-être, juge Sami Aoun, qui croit cependant que le destin du Liban demeure entre les mains de ses habitants. Ce qui est certain, concède-t-il, c’est que « la diaspora aide le Liban à ne pas chavirer, à ne pas s’effondrer complètement ».

About the author

Adèle Surprenant est journaliste indépendante. Elle a travaillé en Amérique du Nord, au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et en Europe, et s’intéresse aux questions liées à la migration, au genre, au travail et aux mouvements sociaux.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *