Joyce N'Sana - du blues et du hip hop à la saveur congolaise - New Canadian Media
Joyce N'Sana chante sur scène
Joyce N'Sana se produit sur la scène de l'émission Belle et Bum en 2021. Crédit : Claude Dufresne
/

Joyce N’Sana – du blues et du hip hop à la saveur congolaise

Nommée Révélation Radio-Canada 2021-2022, la musicienne a travaillé avec ténacité et passion pendant des années afin de réaliser sa vision artistique.

Sur scène, Joyce N’Sana est chez elle. On n’a qu’à regarder les vidéos de ses prestations en direct pour voir sa profonde connexion avec la musique. « Je viens d’une famille d’artistes, de musiciens », déclare-t-elle dans une entrevue avec NCM. Pourtant, le chemin que Mme N’Sana a dû parcourir pour y arriver est long, plein de passion mais aussi de défis. 

Née au Congo, Mme N’Sana a grandi entourée de musique. Son père est compositeur et guitariste, tandis que sa mère chante à la chorale. À l’église, où son père est pasteur, N’Sana chante du gospel et de la soul. 

Or, si à la maison et à l’église, il y a de la musique, dehors, il y a la guerre. Entre 1998 et 2003, le Congo vit sous un terrible conflit armé qui implique neuf pays du continent qui se battent pour avoir le contrôle des ressources naturelles de la région. Mme N’Sana et sa famille restent au Congo mais ils doivent se déplacer plusieurs fois pour échapper aux effets de cette guerre. 

A l’âge de 18 ans, N’Sana part en France faire ses études en langues étrangères appliquées. Elle y fait aussi ses premiers pas en musique hors de sa famille en faisant des chœurs et en accompagnant d’autres musiciens. Pourtant, la France n’est pas la dernière destination de la future musicienne. En 2009, elle décide de poursuivre ses études au Canada, cette-fois ci, en éducation à l’enfance. 

Une scène musicale accueillante

Au Canada, Mme N’Sana s’installe d’abord à Salaberry-de-Valleyfield, une ville au sud-ouest du Québec, et ensuite, à Montréal. Elle se sent tout de suite accueillie par la scène artistique montréalaise : « À Montréal, j’ai eu la chance de tomber dans un milieu où il y avait déjà une scène musicale existante avec des portes ouvertes aux artistes qui comme moi,  venaient d’ailleurs », notamment, « une jeune femme noire qui vient d’arriver », raconte Mme N’Sana. 

La chanteuse décide de commencer son propre projet solo en parallèle avec ses études en éducation. Tous les styles musicaux que Mme N’Sana avait explorés pendant son enfance et sa jeunesse avec son père– le gospel, la soul, le blues, et les musiques urbaines et traditionnelles congolaises–commencent à se fusionner pour former un style unique. 

Lors de son séjour en France, N’Sana avait aussi rencontré l’afrobluehop, « un mélange de afro blues et de hip hop » et elle l’amène avec elle quand elle s’installe à Montréal. C’est dans ce riche mélange musical qu’elle va enfin trouver sa voix : « aujourd’hui, c’est l’afrobluehop qui me qui me ressemble de plus en plus parce que je chante dans mes langues à moi– dans les langues congolaises et en anglais ou en français– et j’y rajoute évidemment le hip hop ». 

Si Joyce N’Sana s’est sentie accueillie dans la scène artistique dès son arrivée, elle dit quand même avoir rencontré des barrières en tant que nouvelle immigrante au Canada. 

« Quand j’ai terminé mes études, je voulais travailler comme éducatrice à l’enfance. J’ai commencé à faire des demandes d’emploi et j’avais mis mon nom, N’Sana, sur mon CV » raconte-t-elle.  Elle attend pendant des semaines mais elle ne reçoit aucune offre d’emploi. « J’étais frustrée », confie-t-elle. 

Son ex-conjoint lui propose, presque comme une blague, de mettre un nom différent sur son CV.  « J’étais insultée, mais finalement, j’ai changé mon nom et j’ai mis le nom du père de mes enfants. À partir de ce moment-là, j’ai commencé à recevoir des appels », raconte-t-elle.

Malgré les nombreuses expériences similaires vécues par Mme N’Sana au milieu professionnel, sa vision en tant qu’éducatrice et artiste est toujours empreinte de générosité et de compassion. 

« Quand j’habitais dans le Nord, du côté de Sainte-Agathe, je pense que les enfants, c’était la première fois qu’ils voyaient une personne de couleur », explique-t-elle. Elle s’est donné la mission d’éduquer les enfants, mais aussi leurs parents, sur l’ouverture d’esprit qui vient quand on est en contact avec d’autres cultures. 

« Si on veut que les choses changent, si on veut créer des adultes qui sont tolérants, ouverts, anti-racistes, il faut commencer par la base et il faut commencer à éduquer les gens » dès qu’ils sont des enfants, déclare celle qui est aussi mère de deux fils. C’est ce qu’elle fait à travers le projet Biblio afro jeunesse, qui propose des livres pour enfants mettant de l’avant des personnages noirs ou de couleur. Le projet a été lancé par la musicienne en 2019 en collaboration avec d’autres parents engagés dans l’éducation antiracisme. 

Joyce N'Sana sur scène
Joyce N’Sana, originaire du Congo, chante dans des langues congolaises telles que le lingala, mais aussi en anglais et en français. Crédit : Claude Dufresne

Un message de résilience 

En 2021, Joyce N’Sana est nommée Révélation Radio-Canada 2021-2022, une reconnaissance qui l’aidera à faire connaître sa musique à un plus large public dans tout le Canada. D’après la chanteuse-compositrice, la reconnaissance a également été « un baume sur le cœur ». 

« Ça représente déjà une belle récompense du travail qui a été accompli durant toutes ces années », explique-t-elle, surtout pour les gens du milieu musical lors de la pandémie de COVID-19. Être désignée Révélation Radio-Canada « a été comme un coup pour dire “ne lâche pas ce que tu as fait, ça vaut quelque chose, alors continue comme ça” ».

Son dernier E.P, intitulé Obosso (« aller de l’avant » en lingala, une des ses langues maternelles) résume ce message de résilience et de travail acharné. Enregistré pendant la pandémie, la thématique de l’album porte sur tous les thèmes auxquels tient Joyce N’Sana et qu’on entend notamment dans le titre « Mâma » : « cette chanson est dédiée à toutes les mères et à toutes les femmes qui sont fortes, qui restent indépendantes, qui ne baissent pas les bras. Mais aussi aux femmes qui sont fragiles, qui sont en train de se reconstruire », précise-t-elle. 

Elle a dédié cette chanson à sa mère « parce que ma mère, comme toutes les mères, est inquiète de l’avenir de ses enfants et de sa première fille qui est moi ». Selon Mme N’Sana, c’est un message universel qui touche non seulement les mères, mais tous les immigrants qui ont laissé leurs parents derrière quand ils ont quitté leur pays. « Ça vient parler des parents qui envoient leurs enfants ailleurs à l’étranger pour avoir une vie meilleure et réussir ».

D’ailleurs, pour Mme N’Sana, son vécu en tant qu’immigrante vient marquer tout son travail artistique.

« Dans ma musique, je parle de la force des personnes immigrantes, je parle des difficultés », explique-t-elle. « Mais je parle aussi de l’ouverture d’esprit, de la force et de la résilience des personnes qui viennent d’ailleurs. Et ça, c’est un message qui devient un exemple, autant pour les personnes qui viennent d’ailleurs, que pour les personnes qui sont ici ». 

« On n’a pas toujours la même motivation. On n’a pas toujours les mêmes portes qui s’ouvrent à nous. Mais les opportunités, il faut se les créer. Il faut continuer à trimer », conclut-elle. 

Joyce N’Sana sera en spectacle le dimanche 25 juin au Civic Plaza, à North Vancouver, dans le cadre du Festival d’été francophone de Vancouver et du Festival de jazz de Vancouver.

Please share our stories!

About the author

Andreina-Romero
Andreina Romero

Née au Venezuela, Andreina Romero est journaliste pigiste pour New Canadian Media. Avant d'écrire pour New Canadian Media, Andreina était une collaboratrice bilingue du journal The Source, également connu en français comme La Source, un journal interculturel de Vancouver. Elle est également la créatrice et l'animatrice des podcasts Girls Talk About Music et Wigs and Candles, qui explorent la musique et les films d'époque sous un angle exclusivement féminin et latino-américain. En 2020, Romero a également cofondé Identity Pages, un programme de mentorat d'écriture pour les jeunes.

Leave a Reply

Your email address will not be published.