Journalistes immigrés au Canada : une double précarité silencieuse - New Canadian Media
Viktoria Miojevic_Photo
Viktoria Miojevic (à gauche) est arrivée au Canada en 2017. Journaliste déjà à son arrivée, elle s’est vue privée de nombreuses offres d’emplois ou de stage à cause de son statut de résidente temporaire. Photo : Pascal Evans
/////

Journalistes immigrés au Canada : une double précarité silencieuse

Pour les journalistes immigrés, les discriminations, les problèmes de statut et la méconnaissance des codes culturels s’ajoutent à la précarité du métier de journaliste au Canada.

Le monde des médias possède son lot de difficultés. Mais pour les journalistes immigrés, cette précarité s’ajoute à celles connues par toute autre personne issue de l’immigration. Les discriminations et les problèmes de statut s’ajoutent à la méconnaissance des codes culturels. Autant de barrières qui handicapent le peu de journalistes nés à l’étranger qui souhaitent exercer leur métier au Canada. 

«  Jamais les Canadiens ne comprendront ce que c’est d’être immigré  », affirme avec certitude  John*, un photographe pigiste d’Ottawa qui préfère rester anonyme. Débordé de travail et à la fois toujours précaire, John regrette que l’image ouverte et tolérante canadienne cache autant d’incompréhension. 

« Quand je vais dans les banlieues d’Ottawa pour une assignation, on peut sentir une attitude passive agressive. Les gens là-bas ne sont pas habitués aux personnes qui ne sont pas blanches ou les personnes comme moi  », témoigne le pigiste qui est arrivé à l’âge de 13 ans avec ses parents depuis la Corée du Sud alors qu’il ne connaissait rien du Canada, hormis les Rocheuses et la Tour CN. 

Pour lui, il est impossible de dire si cette attitude s’explique par la méfiance généralisée des médias ou par  sa couleur de peau. «  C’est ça la difficulté, on ne sait pas ! En tant qu’immigrant, on s’attend à vivre, c’est comme ça  », dit-il avec résignation. 

Rarissime dans la salle de rédaction 

John connaît peu de journalistes immigrés. «  Quand j’étais dans une salle de rédaction, j’étais le seul journaliste immigrant. Il y avait un Anglais, mais ce n’est pas la même chose que quelqu’un qui vient d’Asie, d’Afrique ou du Moyen-Orient. Les valeurs et le langage sont similaires  », détaille le pigiste. 

Les journalistes immigrés ont, en effet, du mal à trouver leur place dans les salles de rédaction, comme le démontrent les résultats d’une étude publiée par l’Association canadienne des journalistes. Si l’étude sur la diversité dans les salles de presse publiée en novembre 2021 examine la présence des minorités visibles et pas forcément des immigrés, ses résultats permettent d’avoir une idée de la situation. Quatre-vingts pour cent des rédactions canadiennes ne sont composées d’aucune personne d’une minorité visible ou autochtone. 

Pour John, les choses sont en train d’évoluer : «  Les éditeurs cherchent les différentes perspectives que l’on peut amener en tant que personnes immigrées ». Mais il se demande si les rédacteurs en chef et directeurs de médias veulent réellement changer les choses. Pour John, embaucher des journalistes immigrés ou réfugiés permettrait de couvrir certains enjeux différemment, avec plus «  d’ouverture et de compréhension  ». Pour lui, les immigrés comprennent mieux le sort des minorités.

Précarité des immigrés

Selon le recensement national de 2016, 30,4 % des ménages de personnes immigrées au Canada ont un faible revenu. Un taux presque trois fois plus élevé que celui des non-immigrés. 

Dans un document de 2013, Immigration Canada recense plusieurs obstacles possibles, comme la difficulté à faire reconnaître ses compétences et ses diplômes, mais aussi les discriminations liées au statut et à l’origine. 

L’immigration comme une épée de Damoclès

Rosanna Tiranti est arrivée au Québec en 2013 en tant qu’étudiante, avec le rêve de faire du journalisme documentaire. S’identifiant comme Bretonne, elle a décidé d’accumuler deux diplômes avant de demander la résidence permanente, en janvier 2021. «  Les démarches d’immigration sont devenues un stress à ce moment-là. J’ai des amis qui ont été refusés, c’est sa vie que l’on met en jeu  », explique, alarmée, Rosanna. Après ses études, elle a travaillé pour un magazine automobile avant de rejoindre l’équipe de Métro, un poste qu’elle vient de quitter pour poursuivre son rêve de faire des documentaires et être correspondante aux Philippines. Tombée amoureuse de ce pays, elle estime que les médias occidentaux en parlent trop peu.

Chaque demande de permis de travail, d’études ou de résidence permanente est une nouvelle épée de Damoclès qui pourrait faire cesser sa vie dans son nouveau pays. Et c’est sans compter le temps, l’énergie et l’argent que chaque personne immigrée doit investir pour rester. «  Les Québécois et Canadiens ne comprennent pas tout cela et que c’est courageux de tout faire pour rester ici. C’est fou ce que cela nous fait faire  », réalise la journaliste. 

Rosanna-Tiranti-Journaliste immigrée
Rosanna Tiranti, originaire de France, a obtenu deux diplômes avant de demander la résidence permanente. Elle a quitté le Québec en 2021 pour travailler en tant que correspondante aux Philippines. (Photo de Rosanna Tiranti)

Un statut qui prive d’opportunités 

Au-delà des lourdeurs administratives, le statut d’immigré est en soi porteur de discriminations, notamment pour les temporaires, comme Viktoria Miojevic, journaliste à Monquartier arrivée au Canada en 2017. Après des études à Ottawa et Québec, son rêve est de sensibiliser le public aux enjeux environnementaux  à travers des questions locales. Durant son parcours, elle s’est vue privée de nombreuses offres d’emplois ou de stage à cause de son statut de résidente temporaire. En effet, les programmes des gouvernements fédéral et provinciaux sont réservés aux résidents permanents, aux citoyens et aux personnes protégées.

«  Plusieurs personnes ont souhaité m’embaucher avec des programmes du gouvernement. À de nombreuses reprises, je ne pouvais même pas considérer ces offres. Le résultat, c’est que là aussi des portes se sont fermées. Les gens compatissaient à ma situation, mais ils ne pouvaient rien faire de plus  », raconte-t-elle depuis son appartement de Limoilou à Québec. 

Ce statut lui a fait perdre à plusieurs reprises stages et emplois. «  Je pense que toutes ces choses m’ont généré beaucoup de déception, d’angoisse, de culpabilité. Savoir à quel point les opportunités sont rares dans ce métier et y renoncer contre sa volonté, c’est difficile à accepter quand on a 20 ans  ».

Une situation qui épuise 

Pour John, être journaliste est un combat constant, que vivent aussi les autres pigistes, non immigrés. «  J’aime toujours ce que je fais, mais l’industrie n’est pas viable. Beaucoup de personnes ont quitté la profession. Je ne peux pas dire non, mais les tarifs sont bas à la pige  », nous raconte John avec lassitude. 

Et pour cause, les conditions de travail se dégradent, alors que la méfiance envers les médias s’accentue. Cette situation engendre de plus en plus d’épuisement professionnel et de dégoût parmi les journalistes. Si bien que beaucoup finissent par quitter le métier. 

Au Québec et au Canada, les journalistes ont vu leur revenu baisser de 30% depuis 30 ans, alors même qu’une crise des médias entraîne de nombreux licenciements et fermetures de salles de rédaction,  selon La Presse en 2019. Ce même article rapporte que les professionnels des médias  continueront  à subir des changements de carrière et des burn out, des contrats précaires, mais aussi des départs à la retraite non remplacés qui alourdissent la tâche de ceux qui restent.

De son côté, toujours passionné par son métier, John doit alterner photographie de presse et contrats pour des entreprises pour survivre. Son souhait ? Être plus stable, mieux payé et « faire plus de projets personnels  ».  Le CBC l’a récemment sollicité pour travailler sur un documentaire portant sur les immigrés coréens de première génération pour CBC : une expérience qui, dit-il, était particulièrement gratifiante. 

« J’étais très heureux de parler d’eux, car ils sont trop occupés à travailler et beaucoup ne peuvent s’exprimer. Ils n’ont pas de voix ici et personne n’en parle », partage-t-il. Un reportage utile sur une communauté marginalisée que peu de journalistes auraient pu traiter. 


Cet article est basé sur les résultats de la première étude canadienne sur les conditions socio-économiques des journalistes immigrés et réfugiés de première génération, actuellement en cours.

Veuillez remplir notre sondage sur les journalistes immigrés et réfugiés ici.

Please share our stories!

About the author

Journaliste indépendante, Marine a travaillé en France, au Liban et au Québec. Passionnée par les questions féministes, l’identité, l’intégration et les migrants, elle se plaît à défaire les clichés et décortiquer les clivages. Elle a pour ambition de combattre les injustices et les discriminations avec des mots et des solutions.

Leave a Reply

Your email address will not be published.