Immigrer par amour au Canada : un processus discriminatoire et opaque - New Canadian Media
Afi-Eli-et-son-mari-mariage
Afi Eli Touvi vit à Montréal où elle se languit que son mari la rejoigne depuis le Togo. Ils sont à 18 mois d’attente. Photo: Afi Eli Touvi
///

Immigrer par amour au Canada : un processus discriminatoire et opaque

En 2021, le Canada a accordé près de 405 000 résidences permanentes, un nombre record. Pourtant, les demandes de résidence permanente via le programme de parrainage pour les couples demeurent un véritable « bourbier administratif ». Plusieurs témoignent être les victimes d’un système discriminatoire, de délais excessifs et d’une opacité administrative inquiétante.

« Cela fait bientôt 36 mois que notre dossier traîne sur un bureau d’un agent d’immigration. Je m’imagine que la poussière y est tellement accumulée qu’il n’ose plus le prendre dans ses mains », résume Isabelle Chopin.

Mme Chopin, d’origine québécoise, et son mari, d’origine cubaine, se sont dit oui en août 2018. En mars 2019, Mme Chopin a décidé de parrainer son époux afin qu’il puisse venir vivre avec elle au Québec. Pourtant, trois ans plus tard, elle attend toujours. 

« Nous nous sentons abandonnés par notre pays », s’indigne-t-elle.

Inégalités criantes

Cette situation, qui est loin d’être un cas isolé, traduit d’un système discriminatoire selon le  pays de résidence du demandeur. Les candidats cubains sont par exemple énormément désavantagés puisque depuis 2019 l’ambassade canadienne à la Havane n’offre plus certains services requis pour la demande de parrainage.

Résultat: le couple a dû débourser près de 3 000 dollars pour que le mari de Mme Chopin aille faire son examen médical et fournisse ses données biométriques à Trinidad et Tobago. Avec les destinations de vol limitées par la pandémie, certaines personnes ont même dû se déplacer jusqu’en Russie, explique Mme Chopin. Cette situation complexifie les démarches administratives déjà lourdes puisque les demandeurs doivent obtenir des visas pour entrer dans certains pays.

photo-Isabelle-Chopin-et-son-mari
L’histoire d’amour entre Isabelle Chopin et son mari cubain a commencé il y a sept ans. En 2018, ils se sont mariés puis ont commencé les démarches pour le parrainage en 2019. Photo: Isabelle Chopin

De profondes inégalités de traitement existent également entre les différents bureaux canadiens des visas (BCV) où les dossiers sont envoyés après un traitement au Canada. Commencé il y a plus de 18 mois, le dossier de parrainage pour le mari d’Afi Eli Touvi a été transféré au BCV d’Accra au Ghana en juin 2021. Depuis, sa demande stagne.

« On a un groupe WhatsApp spécialement [dédié aux] gens qui dépendent d’Accra  », livre la Montréalaise qui souligne que ce BCV est connu pour ses délais de traitement interminables. 

Elle révèle aussi que plusieurs demandeurs traités à Accra attendent depuis le début de la pandémie de faire les entrevues. Malgré qu’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) ait promis de mettre en place des entretiens virtuels, la mesure n’a toujours pas été implémentée.

Johanne Boivin-Drapeau, consultante réglementée en immigration, ajoute qu’il faut également considérer le désavantage des personnes parrainées souhaitant s’établir au Québec. En effet, le gouvernement provincial décide de ses propres immigrants en délivrant un certificat de sélection de Québec (CSQ). Il en résulte des délais de traitement totalement disproportionnés. Selon un article de Radio Canada, les délais d’obtention de la résidence permanente pour Québec sont estimés à 28 mois contre 6 mois pour le reste du pays. 

Opacité et attente insupportable

« Malheureusement, je ne crois pas que le mot transparence décrit bien notre système d’immigration », commente Mme Boivin-Drapeau.

À plusieurs reprises, Mme Touvi a appelé l’IRCC pour tenter de comprendre pourquoi sa demande est au point mort. En vain: « Tout ce que l’IRCC te dit c’est qu’ils n’ont plus le dossier et qu’il faut contacter directement le BCV à Accra. Maintenant, […] eux ils ne répondent jamais », raconte-t-elle. Comme le prévoit la loi sur l’accès à l’information, la Montréalaise a fait une demande pour recevoir ses notes de dossier. Pourtant, quatre mois plus tard, elle les attend toujours, contrainte de rester dans l’incertitude la plus totale.

« Il n’y a rien de plus pénible que de patienter sans savoir ce qui se passe », confie Lya, une demandeuse basée en Côte d’Ivoire qui est, elle aussi, sans nouvelle. Elle explique que l’attente serait plus supportable si l’IRCC lui accordait au moins un visa étudiant, le temps que la procédure soit terminée. Mais il est bien rare qu’un visa étudiant soit octroyé à un demandeur africain. Un article de Radio Canada publié en novembre dernier démontrait que certains pays africains avaient des taux de refus avoisinant ou dépassant les 80 pourcents.

La jeune ivoirienne a d’ailleurs fait deux demandes de visa étudiant qui lui ont été refusées. « Ils ont dit que je ne leur garantissais pas que j’allais retourner dans mon pays après mes études vu les liens que j’ai au Canada, c’est-à-dire mon mari », dit-elle sans cacher son ironie.

Lourdes conséquences

Pour plusieurs, l’attente a de graves répercussions. Récemment diagnostiquée avec des fibromes utérins, Mme Touvi raconte qu’à chaque jour qui passe, « ses chances de devenir mère sont réduites à néant ».

Quant à *Bianca qui attend depuis 32 mois de rejoindre son mari depuis Haïti, c’est sa vie et celle de sa fille qui est mise en danger à chaque instant. « Je vis dans l’une des zones les plus dangereuses d’Haïti  », explique-t-elle. « [Il y a] des tires quasiment tous les soirs. Des gens meurent dans leurs maisons par des balles [volantes]. Ma petite fille pleure sans arrêt », témoigne-t-elle. 

Pour couronner le tout, les CSQ de *Bianca arrivent bientôt à expiration, ce qui pourrait l’amener à refaire toutes les démarches une seconde fois. « Les gens de l’immigration ne se rendent pas compte de combien de foyers ils ont détruits et d’enfants qu’ ils ont éloignés de leurs parents. J’ai une amie qui est divorcée, elle n’en pouvait plus », confie-t-elle.

Une lueur dans la nuit?

En janvier, le ministre de l’IRCC, Sean Fraser, a promis des changements importants pour améliorer le système d’immigration, incluant une augmentation du personnel et un raccourcissement des délais de traitement. Par ailleurs, le gouvernement Legault a annoncé en octobre dernier sa volonté d’augmenter les quotas d’immigration

Les personnes interrogées restent pourtant sceptiques et espèrent qu’il ne s’agit pas de promesses creuses. « Aucun plan n’a été élaboré pour tous les dossiers sur cette longue liste d’attente  », fait d’ailleurs remarquer Mme Chopin.

Au mois de février, l’IRCC a également mis en place un nouvel outil en ligne qui permet de suivre l’état des demandes mais plusieurs personnes rapportent ne pas pouvoir créer de compte. D’autres, comme Mme Chopin, racontent que la plateforme n’est guère utile car elle n’offre aucune date de fin ou prévue pour terminer le dossier. « C’est du pareil au même mais dans un format renouvelé », déclare-t-elle.

Et si les entrevues viennent tout juste d’être de nouveau offertes à l’ambassade de la Havane, la cadence reste limitée. « La première entrevue depuis 2019 a été faite le 17 février 2022 et la prochaine aura lieu le 3 mars. Donc pour des dizaines voire des centaines de dossiers en retard, ça risque d’être long  », conclut Mme Boivin-Drapeau.

En dépit des obstacles, l’amour semble triompher pour ces couples séparés par des milliers de kilomètres. « Parfois vous avez envie de renoncer, mais les sentiments prennent le dessus. On s’aime énormément et on se dit que c’est ça un couple: surmonter ces obstacles ensemble », finit par conclure Lya, le cœur rempli d’espoir.

*Nom d’emprunt


Note de la rédaction : Nous croyons que les citations et les exemples avec des noms réels ont plus de poids, donnent de la crédibilité au reportage et augmentent la confiance du public dans New Canadian Media. Cela dit, il arrive que les journalistes aient besoin de sources confidentielles pour servir l’intérêt public.

Please share our stories!

About the author

Après l’obtention d’un Baccalauréat en Science Politique, Daphné commence sa carrière en journalisme dans son pays natal, la Suisse. Elle décide ensuite d’immigrer à Vancouver – territoires non-cédés des Nations Musqueam, Squamish et Tsleil-Waututh. Avant de prêter sa plume au New Canadian Media, elle a écrit régulièrement pour le journal bilingue La/The Source. Soif d’apprendre, Daphné a été récemment sélectionnée pour une Maîtrise en Journalisme à l’Université de Colombie-Britannique qu’elle commencera en septembre 2022. Elle se passionne pour les enjeux de justice sociale, en particulier lorsqu’il s’agit des personnes réfugiées et des communautés autochtones et 2LGBTQ+.

Leave a Reply

Your email address will not be published.