Immigration : des tests de français de moins en moins accessibles pour les Libanais - New Canadian Media
Une famille composé du père, de la mère et de deux enfants pose devant le caméra
D'après Lara Farhat, ici avec son mari et ses enfants, « seules les classes moyennes et supérieures pourront se le permettre ». Ingénieure agronome, Mme Farhat fait partie des Libanais qui cherchent de plus en plus à quitter le pays. Photo : Lara Farhat
/

Immigration : des tests de français de moins en moins accessibles pour les Libanais

Face à une crise économique aiguë, les Libanais ne cessent de quitter leur pays, beaucoup à destination du Canada. Or, passer un test de français pour parfaire sa demande est de moins en moins accessible.

« Je suis obligée de vider mes économies pour faire le test de français », regrette Julie Abed, professeure de français au secondaire résidant à Tripoli, au nord du Liban. La jeune femme de 27 ans espère pouvoir déposer une demande de résidence permanente à la fin de l’année, conjointement avec sa sœur.

Si ce n’est pas obligatoire, faire valider ses connaissances de français via un examen permet de gagner des points pour son dossier d’immigration pour les programmes fédéraux d’Entrée Express ou les programmes des provinces. Seulement, les deux tests de français reconnus par Ottawa coûtent actuellement 150 et 220 € (soit 200 et 300 CAD), ce qui représente de trois à cinq fois le salaire de Julie. Une somme qu’elle devra également débourser pour sa sœur. 

Enseignante de français à Tripoli, Liban, Julie Abed compte tout faire pour obtenir des notes suffisantes à son TCF et immigrer au Canada.

« Si je n’avais pas donné de cours en ligne en 2021, je n’aurais jamais réussi à payer. 90 % de mes économies sont à la banque et je ne peux pas y toucher », raconte Julie Abed. Depuis 2019, la population subit la pire crise économique du monde depuis 1850, et les banques ont bloqué l’épargne des Libanais. À cause de cela, les tests sont de plus en plus difficiles d’accès et ceux qui peuvent immigrer se ruinent.

« Avant 2019, avec ma famille, on se demandait dans quel restaurant on voulait manger pour la fin de semaine. On partait en vacances une fois par an, soit au Liban soit à l’étranger. Maintenant, on ne parle plus que d’argent et du prix des choses. Je ne me suis pas acheté un vêtement pour moi depuis deux ans », raconte Julie, pour signifier à quel point les tests sont un luxe.

Des examens de moins en moins accessibles

Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) reconnaît deux tests de français seulement pour les demandes d’immigration : le test de connaissance du français (TCF) et le test d’évaluation de français (TEF), qui sont tous les deux créés et corrigés en France. 

Lorsque Lara Farhat s’est présentée au TCF en septembre 2020, elle a croisé plusieurs personnes qui le passaient pour la deuxième ou troisième fois, faute d’avoir obtenu un score suffisant. « Il était à 490 000 LL [autour de 20 USD selon le taux de la livre libanaise au marché noir] et les gens se plaignaient déjà du prix ! », rapporte l’ingénieure agronome installée à Bikfaya, à une vingtaine de kilomètres de Beyrouth. 

C’est sans compter ceux qui doivent le repasser dans l’attente de l’immigration : les TEF/TCF ne sont valables que deux ans pour « refléter fidèlement le niveau de compétence dans une langue », justifie Jeffrey MacDonald, communiquant d’IRCC. Et Julie n’est pas la seule à se plaindre du prix.

Le TCF vaut actuellement 150 € et le TEF 220 €. Si elle avait dû payer ce nouveau tarif, Lara Farhat « aurait réfléchi à deux fois », malgré sa profession et celle de son mari, ingénieur mécanique. La mère de deux jumelles de presque 9 ans a reçu son invitation en novembre 2020 et attend sa confirmation pour partir avec sa famille. 

Depuis deux ans, ces paiements en devises étrangères sont devenus très difficiles à assumer pour la majorité de la population. « Beaucoup de gens n’ont plus les moyens, surtout que le dollar augmente et que les banques ne donnent même plus d’argent en livres libanaises. Seules les classes moyennes et supérieures pourront se le permettre », dénonce Lara Farhat. 

Malgré cela, beaucoup continuent à choisir le Canada pour sa politique d’immigration. Entre 2018 et 2019, le nombre de Libanais francophones immigrant au Canada avait quadruplé, selon des données que nous a transmises IRCC. « Le Canada et l’Australie proposent la résidence permanente en premier. Dans les autres pays, il faut commencer par travailler ou étudier », explique Graziella Seif, présidente de de l’United Ambassadors at Large for Global Integration et collaboratrice du bureau de consultation Canada On Path.

En français et en anglais

À ceux qui répondent aux critères d’immigration (en ayant au moins 67 points sur 100 à leur dossier), les spécialistes recommandent de tout faire pour accumuler le maximum de points possibles. « L’immigration canadienne se base sur quatre facteurs : l’éducation, l’expérience de travail, l’âge et les langues. Ce dernier est le seul que l’on peut changer, donc il faut miser dessus », expliquent les consultants d’IMCA Consulting, une agence basée à Beyrouth. 

Au Liban, la langue française étant encore beaucoup enseignée à l’école, les Libanais sont nombreux à avoir des bases, voire à la parler couramment. Un véritable plus, quand on sait qu’en 2020, IRCC a décidé d’inciter les francophones à s’installer partout au Canada, en dehors du Québec, en leur donnant des points supplémentaires pour les demandes d’immigration. « Depuis, le test de français est devenu essentiel pour se démarquer », affirment-ils.

De plus, les consultants d’IMCA Consulting recommandent également aux Libanais de faire valider leur niveau d’anglais. « Ceux qui peuvent prouver un bon niveau en anglais et en français peuvent obtenir jusqu’à 50 points, soit le maximum possible en langue », poursuivent-ils.

Un test difficile

Déterminée à quitter le pays, Julie compte donc aussi passer l’IELTS, qui coûte 250 USD (319 CAD), en plus des 150 € du TCF. À ce prix, elle ne peut se permettre de les passer plusieurs fois. Or, malgré son français impeccable et son métier d’enseignante de français, Julie est angoissée à l’idée de ne pas avoir un score suffisant pour obtenir tous ses points. « Avec mes élèves à l’école, je simplifie mon français, j’ai perdu mon niveau », partage-t-elle.

Une jeune femme pose avec un drapeau libanais et un signe de la paix
Julie Abed, professeure de français au secondaire, espère pouvoir déposer une demande de résidence permanente à la fin de l’année. Elle devra payer entre 200 et 300 $ CA pour passer un test de français dans le cadre de sa demande. Photo : Julie Abed

Le test est connu pour être difficile. « Il faut être Victor Hugo pour avoir un niveau C1-C2 ! », plaisante Lara Farhat. La spécialiste Graziella Seif recommande ainsi de se préparer le plus possible. « Il faut faire des simulations, prendre des cours pour répondre correctement. Ce genre de test n’évalue pas forcément ce que sait une personne, mais sa méthode », détaille-t-elle.

Or, Lara Farhat ne trouve pas qu’il y ait suffisamment de matériel pour se préparer aux tests de français. « Il faudrait aider les candidats, comme c’est le cas pour les examens d’anglais », demande la mère de famille. À cette question, IRCC propose aux candidats à l’immigration de se diriger vers la page Améliorer son français ou son anglais, mais les services sont destinés aux personnes déjà sur le territoire ou déjà acceptées et encore à l’étranger

Lara trouverait plus juste que le gouvernement canadien réduise le prix de ces tests pour les personnes comme les Libanais. « Il y a des pays où ces tests doivent être encore plus chers que pour nous, ce n’est pas normal ! Si le pays a besoin d’immigrés, il devrait les aider dans leurs démarches », estime la mère de famille. 


Les coulisses derrière les prix

  • Le TEF est seulement offert par une seule école, l’ESA à Beyrouth, et coûte actuellement 220 € à chaque candidat. Normalement, le test devrait coûter 260 €, mais l’ESA applique une remise de 15 % « pour alléger la facture des candidats », explique Nancy Berbery, la responsable du TEF à l’ESA.
  • Le TCF est réalisable auprès des Instituts français au Liban. Avant le 1er janvier 2022, il coûtait 490 000 LL, un tarif en livres libanaises pour faciliter le paiement. Depuis le début de l’année 2022, le test est passé à 200 €, puis à 150 € au 1er mai 2022, car « les pertes d’argent étaient énormes », justifie Nicolas Mansour de l’Institut français de Tripoli.
  • Parmi ces sommes, une centaine d’euros sert à payer l’établissement en France qui crée et corrige les tests. Il faut ajouter à cela le transport et les infrastructures, qui sont en dollars.
  • Questionné au sujet du prix des tests, IRCC a répondu qu’il n’avait pas la charge de ces examens ni de leurs tarifs. Le ministère a seulement désigné les institutions chargées de la gestion des tests, dont ceux qui opèrent les TCF/TEF et l’IELTS en anglais.
  • Comparativement, les examens DELF/DALF pour immigrer en France notamment sont valides à vie et coûtent actuellement entre 25 et 30 € aux Libanais.

Please share our stories!

About the author

Journaliste indépendante, Marine a travaillé en France, au Liban et au Québec. Passionnée par les questions féministes, l’identité, l’intégration et les migrants, elle se plaît à défaire les clichés et décortiquer les clivages. Elle a pour ambition de combattre les injustices et les discriminations avec des mots et des solutions.

Leave a Reply

Your email address will not be published.