Em, un portrait profond et émouvant des victimes de la guerre du Vietnam - New Canadian Media
Kim Thúy-Em-Collage
Kim Thúy, auteure du roman Em (Photo : Carl Lessard)
///

Em, un portrait profond et émouvant des victimes de la guerre du Vietnam

Dans Em, l’écrivaine Kim Thúy dresse un portrait poétique et émouvant de la guerre de Vietnam et ses millions de victimes, y compris des milliers d’orphelins.

« La guerre, encore » écrit Kim Thúy au début de son cinquième roman, Em. Il n’y a pas de poésie dans la guerre. Pourtant, sous la plume lumineuse de Mme Thúy, l’écrivaine canadienne d’origine vietnamienne, même les horreurs et la cruauté de la guerre sont dépeintes avec un lyrisme sublime et profond.

Le roman raconte l’histoire de deux orphelins nés pendant la guerre du Vietnam et suit leur parcours incertain dans le monde de l’après-guerre.

L’histoire débute dans les plantations d’hévéa au Vietnam. Alexandre, un Français devenu propriétaire d’une plantation, exploite le caoutchouc qui coule abondamment de sa forêt tropicale. Les coolies, les fermiers vietnamiens qu’il emploie, travaillent pour collecter la précieuse substance. Mai, une jeune vietnamienne à qui on a donné la mission « patriotique » de détruire lentement la plantation, tombe amoureuse d’Alexandre.

De cet amour est née Tâm, une petite fille adorée par ses parents, dont l’histoire est la première dans une lignée d’histoires qui se croisent dans l’espace et le temps.

Regard sur l’histoire 

Tâm vit une vie joyeuse, jusqu’au jour où elle et ses parents sont touchées par la violence de la guerre, des scènes que Kim Thúy décrit de façon si limpide et détaillée, qu’on n’ose pas fermer les yeux, même si c’est ça le premier instinct en tant que lecteur. 

Bien que  le ton du roman soit lyrique et poétique, Mme Thúy ne nous épargne pas de connaître les réalités les plus dures de cette guerre où l’épandage de l’agent orange par les soldats américains a détruit des forêts entières. Une guerre où deux millions de civils au nord et 430 000 au sud du Vietnam ont été tués.

On est ainsi témoin du massacre à My Lai, où les soldats américains ont tué plus de 500 civils, surtout des femmes et des enfants, dans un des crimes de guerre les plus honteux commis par les Américains.

Plus tard, l’auteure nous rend également témoins de la chute de Saigon en avril 1975, événement qui met fin officiellement à la guerre, mais aussi à la moins connue opération « Babylift », dans laquelle plus de 3 000 orphelins ont été évacués du Vietnam du sud et mis en adoption aux États-Unis et ailleurs.

Em-Book-Cover
Em est le cinquième roman de l’écrivaine canadienne d’origine vietnamienne Kim Thúy.

 

Les fils conducteurs du destin 

Au-delà des chiffres et des faits historiques, ce roman nous offre un autre type de vérité: celle des êtres humains qui se trouvent face à face avec les événements qui défient la compréhension humaine. Des histoires de cruauté, de brutalité, mais aussi d’héroïsme, de courage, et d’amour. L’impossibilité de saisir l’ampleur de la réalité de cette guerre est une idée que l’auteure explore dès le premier chapitre de son roman. 

« Je vais vous raconter la vérité, ou du moins des histoires vraies, mais seulement partiellement, incomplètement » écrit Mme Thúy avant de nous plonger dans ces histoires qui, même si « incomplètes », réussissent à nous faire ressentir l’ampleur des conséquences infinies de la guerre. Em est donc un roman qui existe en tant qu’expression artistique mais aussi en tant qu’acte politique qui ne permet pas d’oublier les horreurs vécues par les Vietnamiens victimes de ce long conflit. 

Nous decouvrons aussi   un troisième orphelin, Louis, né d’un soldat américain noir et une jeune femme vietnamienne. Il grandit dans les rues de Saigon lorsqu’un jour il découvre un bébé, une petite fille abandonnée près de lui sous le banc d’un parc. 

Tels les nœuds d’un long fil, l’écrivaine continue ainsi de brosser le portrait de ces vies qui s’entrelacent à jamais. 

On retrouve  la métaphore du fil au travers des chapitres de son livre, autant dans les choix narratifs que dans sa forme, par exemple, dans la façon où les titres des chapitres anticipent les relations entre les personnages : « Alexandre et Tâm », « Louis et Tâm ». 

Avec la même retenue poétique avec laquelle elle décrit la chute de Saigon et l’opération « Babylift », dans Em Kim Thúy nous offre également une brève histoire de l’essor de salons de manucure fondés par des vietnamiens et vietnamiennes entrepreneurs autour du monde, qui ajoute des histoires de résilience et de joie au portrait des Vietnamiens. 

Kim Thúy est née au Vietnam. Après la chute de Saigon, quand elle est âgée de 10 ans, elle quitte le Vietnam avec sa famille, qui s’installe au Québec. Dans Em, Kim Thúy dresse un portrait tendre et émouvant de son peuple et de son propre parcours. C’est un roman bref et délicat, mais d’une beauté et d’une puissance profondes et inoubliables. 

Em est paru en novembre 2020 chez Libre Expression. La version anglaise est parue en septembre 2021 et a été nominée au prix littéraire Banque Scotia Giller en octobre la même année.

Please share our stories!

About the author

French Editor - Born in Venezuela, Andreina Romero is a freelance writer with New Canadian Media. Prior to writing for New Canadian Media, Andreina was and a bilingual contributor at The Source Newspaper, also known in French as La Source, an intercultural newspaper in Vancouver. She is also the creator and host of the podcast Girls Talk About Music and Wigs and Candles which explore music and period films from a uniquely female and Latin American lens. In 2020, Romero also co-founded Identity Pages, a youth writing mentorship program.

Leave a Reply

Your email address will not be published.