Demander sa résidence permanence à l'extérieur du Canada : des rêves en pause - New Canadian Media
Farhana Kerai et famille

Demander sa résidence permanence à l’extérieur du Canada : des rêves en pause

Dans le cadre de l’Initiative de journalisme local, New Canadian Media a décidé de se pencher sur les réalités des candidats à l’immigration permanente au Québec. Ils sont environ 56 000 à attendre depuis des années leur droit de s’installer dans la Belle Province, alors que les candidats hors Québec la reçoivent en six mois. Dans la deuxième partie de cette série, nous parlons à des candidats attendant depuis le territoire.

Après que sa fille aînée a fréquenté l’Université McGill à Montréal en tant qu’étudiante internationale, Farhana Kerai, une entrepreneure du Pakistan, n’avait qu’un seul rêve : s’installer au Canada et y élever sa famille. S’établir à Montréal était une priorité. Lorsque Mme Kerai a consulté un avocat au Pakistan et s’est renseignée sur les différentes options d’immigration au pays, le Programme des entrepreneurs du Québec s’est imposé.

« À ce moment-là, ce programme était relativement facile. On a décidé de ne pas passer par la catégorie investisseur, parce que cette catégorie était fermée pour cette année-là. On aurait donc dû attendre six mois de plus », explique Mme Kerai via Zoom depuis chez elle, au Pakistan.

Le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration (MIFI) du Québec offre trois programmes d’immigration pour les gens d’affaires : le Programme des entrepreneurs, le Programme des investisseurs et le Programme des travailleurs autonomes. Comme nous le montrons dans la première partie de la série, l’immigration est une compétence partagée entre le gouvernement du Québec et le gouvernement du Canada et les candidats à l’immigration doivent d’abord être sélectionnés par le Québec et obtenir un CSQ (certificat de sélection du Québec). Ensuite seulement, ils peuvent faire une demande d’admission par le Canada par le biais d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC).

Mme Kerai dépose sa demande pour le Certificat de sélection du Québec en 2013. Elle l’obtient finalement en décembre 2016. Un mois plus tard, selon les exigences du programme, elle présente une demande de résidence permanente en incluant son mari et leurs trois enfants.

À ce moment-là, les délais d’attente pour obtenir la résidence permanente sont de 24 mois. En juillet 2021, 43 mois se sont écoulés et la demande de Mme Kerai n’a pas avancé. Depuis qu’elle a présenté sa demande au Programme des entrepreneurs du Québec, Mme Kerai a perdu 8 ans de sa vie à attendre de pouvoir déménager au Canada, une situation qu’elle qualifie d’« inhumaine ».

Les grands oubliés

Farhana Kerai et sa famille ne sont pas les seuls dans cette situation. Selon Mme Kerai, il y a de nombreux autres candidats à la résidence permanente à l’extérieur du Canada qui attendent des réponses d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada. Elle a rencontré bon nombre d’entre eux dans un groupe de soutien qu’elle a rejoint sur les réseaux sociaux.

Selon les informations du groupe Le Québec c’est nous aussi, il y a plus de 56 000 travailleurs qualifiés au Québec qui attendent une réponse d’Ottawa. Parmi les 56 000 personnes en attente, 16 % sont actuellement à l’extérieur du pays. Ils sont ce que l’on appelle les « candidats outland », ceux qui ont fait leur demande de résidence permanente depuis l’étranger. « Une réalité peu visible, mais très importante, il ne faut pas les oublier ! », explique Thibault Camara, président du mouvement Le Québec c’est nous aussi.

« Tous les candidats sont en dépression et dans une situation d’angoisse constante », rapporte Hassen Ejlili, un architecte tunisien qui fait partie des outland oubliés. « J’ai tristement fêté l’anniversaire des 40 mois de dépôt de ma demande fédérale. C’était le 20 avril 2018 », raconte-t-il au bout du fil. Au moment où M. Ejlili a soumis sa demande, les délais estimés par le gouvernement étaient d’environ 13 mois. Aujourd’hui, en septembre 2021, l’architecte attend toujours.

Tel que l’a fait Farhana Kerai, Hassen Ejlili explique avoir mis sa vie en pause en attendant désespérément une réponse. « J’avais 31 ans quand j’ai commencé les démarches. Maintenant, j’en ai 40 », raconte-t-il. « Je suis incapable d’évoluer dans ma vie. Je suis réticent à avoir mon propre cabinet et si je vais dans un autre pays plus de six mois, je devrai fournir un casier judiciaire venant de ce pays et cela peut retarder ma demande », poursuit-il.

Hassen_Ejlili
Hassen Ejlili attend une réponse d’IRCC depuis avril 2018. Photo : Hassen Ejlili

Injustice

Afin de satisfaire les exigences du Programmes des entrepreneurs, Mme Kerai a investi dans une entreprise au Québec (un programme des cours de de conditionnement physique), a acheté une maison dans la banlieue de Dollard-des-Ormeaux à Montréal, et a visité Montréal à de nombreuses reprises.

Deux des enfants de la famille Kerai, très jeunes au moment où Mme Kerai a déposé sa demande en 2013, sont aujourd’hui des jeunes adultes : sa fille aînée est âgée de 28 ans et son fils de 25 ans. Le cadet a 17 ans. S’assurer que sa fille avait la chance de grandir avec les mêmes libertés que ses deux jeunes frères était à l’origine du projet de l’entrepreneure.

« Nous vivons au Pakistan, qui n’est pas exactement l’endroit le plus libéral pour une fille. Je voulais que [ma fille] ait les mêmes droits que son frère », raconte-t-elle.  « Je voulais qu’elle puisse faire ce qu’elle voulait sans avoir à craindre ce que les gens diraient. Émotionnellement, j’en suis arrivée à un point où je ne sais plus quoi faire. J’ai planifié cela depuis si longtemps que je me sens perdue et très découragée », poursuit-elle avec émotion.

De son côté, las d’attendre, Hassen Ejlili a décidé de s’impliquer. Avec l’aide d’autres personnes dans la même situation que lui, M. Ejlili a rédigé une pétition qui sera en ligne prochainement, ainsi qu’une lettre qu’il souhaite transmettre aux médias et aux représentants politiques.

Il reproche surtout l’injustice et la disparité dans le traitement des demandes. « La loi du premier arrivé premier servi n’existe plus », se scandalise l’architecte. On estime qu’IRCC est actuellement en train de traiter les demandes déposées en 2019. Or, comme Hassen Ejlili, des milliers de personnes ayant soumis leur dossier en 2018 sont toujours dans l’attente. Beaucoup se demandent si ces dossiers ne sont pas perdus.

À qui la faute ?

« L’IRCC dit qu’elle ne peut pas traiter les dossiers trop rapidement, car elle doit respecter les quotas annuels d’immigration fixés par la province de Québec », explique dans un courriel Francis Tourigny, un avocat spécialisé en immigration basé à Montréal. Questionné à ce sujet, IRCC n’a jamais répondu à notre demande.

De son côté, Flore Bouchon, la porte-parole de la ministre Nadine Girault tacle que « la délivrance des résidentes permanentes relève exclusivement du gouvernement fédéral » et que ce dernier n’a pas atteint les cibles d’admission du Québec en 2020. « Ce sont donc plus de 17 000 personnes immigrantes qui sont pénalisées par le manque d’efficacité du gouvernement fédéral seulement pour 2020 », poursuit l’attachée de presse du Cabinet de la ministre.

Quoique le contexte historique et culturel du Québec a un impact sur les politiques d’immigration les plus récentes, les délais de traitement du côté fédéral auraient une explication plus simple selon M. Tourigny : « nous pouvons supposer qu’il s’agit de raisons purement administratives et d’une pénurie d’agents d’immigration ».

Le  5 mars 2021, IRCC a annoncé  l’embauche  de 62 nouveaux employés au Centre de traitement des demandes à Sydney, en Nouvelle-Écosse, afin de réduire les délais de traitement des demandes. Or, M. Tourigny explique que le but principal de cette embauche est d’améliorer les délais de traitement des demandes de réunification familiale et non pas les demandes dans les catégories d’immigration économique dont Mme Kerai et M. Ejlili font partie.

De son côté, Andrés Fontecilla, le député de Laurier-Dorion pour le parti provincial Québec solidaire, rappelle que d’autres dysfonctionnements entrent en ligne de compte, autant à Ottawa qu’au Québec : « La province a eu beaucoup de difficultés à s’adapter à la pandémie. Il y avait une absence flagrante de numérisation de certains documents », nous précise le porte-parole en matière d’immigration par téléphone. Il explique qu’à certains moments de la pandémie, il était impossible d’émettre un CSQ électroniquement, faute d’employés présents.

Ordre de priorité

Le ministère de l’immigration canadien a aussi expliqué qu’il priorise volontairement les dossiers des personnes vivant déjà sur le territoire. Et avec la situation en Afghanistan, la priorité est donnée aux milliers d’Afghans, Canadiens et à leurs proches vivants là-bas.

« On se dit que les candidats à l’étranger peuvent attendre, car ils sont dans leur pays d’origine, mais nombreux sont ceux qui vivent dans des pays instables », explique Thibault Camara. C’est le cas d’Hassen Ejlili, qui n’aspire qu’à une chose, s’installer dans la confortable province québécoise et quitter l’instabilité de la Tunisie qui vit actuellement une crise politique.

Quant à Farhana Kerai, elle dit qu’elle ne veut pas abandonner. « J’attends toujours. Je suppose que je le veux pour ma fille. Je veux qu’elle ait cette liberté, qu’elle ait ces droits. Je l’ai fait pour mes enfants ».

About the author

Journaliste indépendante, Marine a travaillé en France, au Liban et au Québec. Passionnée par les questions féministes, l’identité, l’intégration et les migrants, elle se plaît à défaire les clichés et décortiquer les clivages. Elle a pour ambition de combattre les injustices et les discriminations avec des mots et des solutions.

Andreina Romero is a freelance writer with New Canadian Media and a bilingual contributor at The Source Newspaper, also known in French as La Source, an intercultural newspaper in Vancouver. She is also the creator and host of Girls Talk About Music, a podcast exploring the music industry from a uniquely female lens. In 2020, Romero also co-founded Identity Pages, a youth writing mentorship program.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *