Immigrer en région : une avenue en expansion - New Canadian Media
Fall trees - Mohamed/Unsplash

Immigrer en région : une avenue en expansion

Avec 72 % des personnes immigrées au Québec vivant à Montréal, la métropole attire encore naturellement les nouveaux arrivants. Peu à peu, ils sont pourtant de plus en plus à préférer les régions plus petites et moins peuplées aux grandes villes. De plus en plus de structures et d’initiatives naissent pour favoriser la régionalisation. Mais des efforts restent à faire pour encourager cette double immigration. Marine Caleb, journaliste de l’Initiative de journalisme local, explore ce phénomène grandissant.

«  Quand un organisme à Montréal m’a parlé d’aller vivre en région, je me suis imaginé les vaches, les villages. Mais on m’a dit qu’il y avait aussi des villes  », raconte Roxana Merello avec humour. Arrivée du Pérou en 2009, elle s’installe d’abord à Montréal, comme 80 % des immigrés au Québec. Quelques mois plus tard, elle finit par immigrer une deuxième fois, à Gatineau.

Son baccalauréat et son expérience en poche, elle cherchait un emploi dans son domaine, en vain. «  Je ne trouvais pas de travail et je ne me retrouvais pas dans cette grande ville, car je viens d’une petite ville au Pérou  », poursuit-elle. Après avoir assisté à des conférences sur les régions, elle tombe amoureuse de l’Outaouais. Il y a tout pour elle là-bas : le bilinguisme, la combinaison entre la tranquillité de Gatineau et la vie d’Ottawa, la proximité avec la nature et la sécurité qu’elle recherchait en quittant son pays d’origine.

Elle décide de s’y installer avec son conjoint, alors qu’ils n’ont pas d’emploi. «  Déménager en région, c’est une deuxième immigration. Il faut de nouveau tout quitter, trouver logement et travail, se refaire des amis  », raconte Mme Merello.

Aujourd’hui, elle est directrice générale de l’organisme qui l’a aidée à son arrivée à Gatineau, le Service Intégration Travail Outaouais (SITO). «  Il y a plus de possibilités de grandir en région  », poursuit-elle.

Les données montrent que Mme Merello et son conjoint ne sont pas les seuls à tout recommencer en région: Entre 2008 et 2012, environ 26% des immigrés résidaient en dehors de la Région métropolitaine de Montréal (RMM). Ce pourcentage est descendu à 23 % entre 2013 et 2017, selon le ministère de l’Immigration (MIFI).

Se faire aider

Son parcours, Roxana Merello s’en sert pour montrer que l’immigration est un projet de vie semé d’embûches, mais qu’il faut se servir des ressources mises en place pour accompagner les personnes immigrantes.

Et pour ceux qui arrivent dans la métropole, cela commence dès l’arrivée à Montréal. «  Le premier organisme vers qui on se tourne aide au sentiment d’appartenance, on établit un lien de confiance avec son conseiller », explique celle qui s’est dirigée vers Accueil Liaison pour Arrivants (ALPA), un organisme dans l’est de l’île qui l’a aidé dans ses frais de déménagement.

Ensuite, avec l’accompagnement du SITO, elle a réalisé qu’il peut être difficile de trouver directement un emploi à hauteur de ses compétences. «  Quand je suis arrivée, je ne comprenais pas que faire de la gestion de projet ici n’est pas la même chose que dans mon pays, car il y a des codes que je ne connaissais pas  », se remémore-t-elle. C’est en tant que réceptionniste qu’elle est entrée au SITO.

En Matanie, dans le Bas-Saint-Laurent, Mélodie Pardonnet a le même parcours. Actuellement conseillère en communications et affaires publiques à la MRC de la Matanie, elle a elle aussi été aidée par un organisme local : le Service d’accueil des nouveaux arrivants de la Matanie (SANAM). C’est le guichet unique pour les personnes immigrantes, les Québécois qui viennent d’une autre région, mais aussi les étudiants étrangers, qui représentent 45 % de la population du Cégep de Matane.

Stratégie gouvernementale

Depuis plusieurs années, Québec veut faire de l’immigration un projet global en intégrant tous les acteurs locaux, de Montréal aux régions, au processus. Ont ainsi été mis en place des initiatives comme le Programme d’appui aux collectivités (PAC) ou le Programme d’accompagnement et de soutien à l’intégration (PASI). Deux projets lancés en 2020 et qui financent le SANAM et le SITO.

Parmi les autres mesures gouvernementales, le pointage sur Arrima a été révisé pour favoriser les demandes d’intérêt visant un emploi en région. Arrima étant le guichet unique pour l’immigration au Québec, que ce soit pour les individus comme pour les employeurs. Et trois nouvelles directions régionales du ministère de l’Immigration (MIFI) ont été implantées en avril dernier. Une nouvelle saluée par le SANAM et sa coordinatrice, Fanny Allaire-Poliquin, même si la coordination entre les nouveaux services du MIFI et les organismes déjà implantés est problématique dans d’autres municipalités du Québec.

Pour certaines régions, l’appui du gouvernement n’a cessé d’augmenter, leur permettant de faire plus pour accueillir et intégrer les immigrés. C’est le cas par exemple en Matanie. «  On a plus d’argent depuis deux ou trois ans. Cela va de pair avec la volonté de régionaliser et de décentraliser l’immigration : d’accepter moins d’étrangers, mais d’en prendre soin  », explique Mme Allaire-Poliquin en référence à la politique de la Coalition Avenir Québec (CAQ) au pouvoir. Cela a permis de multiplier par quatre la taille de l’équipe, mais aussi les projets avec des partenaires et les activités pour les immigrés.

Encore quelques lacunes

Cependant, pour d’autres régions comme l’Outaouais, un manque se fait sentir. «  On est financés pour une partie de nos activités seulement. Pour le reste, on doit se débrouiller. Ça prendrait des ressources  », explique Roxana Merello. Elle aimerait être plus financée pour le recrutement, l’attraction des personnes immigrantes, mais aussi la préinstallation des nouveaux arrivants, qui n’est pas couverte par le MIFI.

La directrice générale insiste sur l’importance de préparer l’intégration le plus tôt possible et aimerait que le ministère considère la préinstallation des immigrés : «  Certaines démarches se préparent avant l’arrivée de la personne. Pour ceux qui viennent de Montréal, il faut chercher un logement avant leur arrivée. Beaucoup de consultations se font, mais on n’est pas rendus  », estime Mme Merello.

Des enjeux propres aux régions

Comme ne cessent de le répéter les conseillers en immigration, il n’y a pas une région, mais des régions. Et chacune possède ses propres enjeux. Mais certains comme la rareté de logement locatif se retrouvent dans de nombreuses villes et villages. Et la crise du logement ne fait qu’accentuer le problème.

Les transports en commun sont un autre point sensible, même si des initiatives naissent un peu partout pour attirer des travailleurs qui ne possèdent pas de voiture. C’est par exemple le cas en Matanie, où un service collectif et très accessible a été mis en place.

«  On pourrait aussi parler de la francisation. Ici, nous n’avons qu’une seule enseignante. Et il peut être difficile pour un étranger d’accéder à des services (administratifs, quotidiens, de santé) dans une autre langue que le français  », détaille Fanny Allaire-Poliquin. Elle explique que le SANAM propose de l’aide à la traduction, mais souhaiterait que le gouvernement instaure ce service.

Pénurie de main-d’œuvre

Pour pallier leurs besoins et la pénurie de main-d’œuvre, les mesures mises en place par le gouvernement pour attirer des nouveaux arrivants concernent seulement les secteurs qui recherchent. Du côté des employeurs, ils sont de plus en plus nombreux à se tourner vers les populations immigrantes ou vers le recrutement directement à l’international.

Un mouvement que les acteurs communautaires essaient d’accompagner pour éviter tout utilitarisme et surtout garantir une intégration optimale de l’employé étranger à l’équipe et l’entreprise d’accueil. «  C’est toute une préparation. On encourage les employeurs à rencontrer les candidats et à faire appel à nos services. Ceux qui l’ont fait le voient : ça fait de meilleurs matchs !  », se satisfait Roxana Merello.

Au-delà des employeurs à sensibiliser, c’est aussi toute l’équipe de l’entreprise qui doit être préparée à l’arrivée de personnes immigrantes. Au SANAM et au SITO, on travaille même auprès des propriétaires de logement pour contrer leur méconnaissance et déconstruire leurs préjugés. Comme le résume Fanny Allaire-Poliquin, l’intégration est «  une double responsabilité  », du nouvel arrivant et de la société d’accueil.


Quelques ressources :

  • Le site Emplois en régions s’adresse aux personnes immigrées intéressées à travailleur en dehors de Montréal. C’est un regroupement d’organismes dont le mandat est d’aider les nouveaux arrivants.
  • N’importe où au Québec, il est possible de s’adresser à Accompagnement Québec. Des bureaux et des conseillers sont présents partout.
  • Le site du MIFI a aussi mis en ligne un répertoire de ses organismes partenaires dans toute la province.
  • Les programmes d’aide du MIFI sont majoritairement destinés aux résidents permanents et temporaires, mais les demandeurs d’asile peuvent s’adresser directement aux organismes pour toute question
  • Les organismes locaux implantés en région offrent une panoplie de soutien : de l’aide à la recherche d’un logement, à la rédaction d’un CV en passant par les démarches administratives et l’inscription à la garderie ou à l’école des enfants.

 

About the author

Journaliste indépendante, Marine a travaillé en France, au Liban et au Québec. Passionnée par les questions féministes, l’identité, l’intégration et les migrants, elle se plaît à défaire les clichés et décortiquer les clivages. Elle a pour ambition de combattre les injustices et les discriminations avec des mots et des solutions.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *